BFMTV

"Beaucoup de maires sont tétanisés": Retailleau dénonce la gestion du coronavirus par l'"État jacobin"

Bruno Retailleau ce jeudi.

Bruno Retailleau ce jeudi. - BFMTV

Le patron du groupe Les Républicains au Sénat est intervenu ce jeudi matin sur notre antenne. Il s'en est pris à la gestion de la crise due au coronavirus et à la préparation du déconfinement par "l'État jacobin".

Le Vendéen Bruno Retailleau en avait gros contre l'"Etat jacobin" ce jeudi matin sur notre plateau face à notre journaliste Jean-Jacques Bourdin. Le président du groupe "Les Républicains" au Sénat a ainsi dénoncé à plusieurs reprises la gestion de la crise du coronavirus et du déconfinement à venir lundi par Paris.

"Pourquoi je suis contre l’Etat jacobin ? Parce que j’ai vu l’Etat jacobin incapable de commander des masques. Car c’est nous au Sénat qui avons déverrouillé le système et permis aux collectivités d’obtenir l’autorisation d’importer des masques. Les maires vont être la clé de la réussite pour le déconfinement, faisons-leur confiance", a-t-il dit.

"Beaucoup de maires ont été tétanisés"

Il a également critiqué les modalités de la reprise des cours dans les écoles primaires au sein des départements teintés de rouge sur la carte du déconfinement. "Dans les départements en rouge, beaucoup de maires sont tétanisés. Ils ne veulent pas apporter leur contribution alors qu’un certain nombre d’enfants pourraient être touchés par cette fameuse maladie de Kawasaki. Et puis peut-être que l’enfant peut ne pas montrer de symptôme et être très contagieux et contaminer des adultes", a lancé l'élu qui a cependant tenu à signifier qu'il était lui-même partisan de ne pas remettre la rentrée à septembre:

"Je pense qu’il faut essayer de reprendre mais avec des règles qui sont claires. Et elles ne sont pas claires. Vous savez ce qu’il a fait l’Etat jacobin ? Il a envoyé aux maires, un protocole sanitaire pour ouvrir le parapluie, parce que l’administration parisienne a voulu se défausser de ses responsabilités. (…) Dans un premier temps, on demandait des produits désinfectants, dans un second viruscides. Les maires ont été tétanisés. Ils se sont dit : ‘Comme souvent, nous qui sommes les fantassins de la République, l’Etat nous transforme en bonnes à tout faire de la République’."

"Chaque peuple retrouve ses réflexes"

Il a tenté de clarifier ses positions: "Je suis républicain, je suis pour une République une et indivisible. Je suis pour que l’Etat fixe un certain nombre de règles et que ces règles soient différenciées selon les territoires". Il a par ailleurs reconnu dans le recours à la centralité du pouvoir et de l'administration une forme d'invariant français: "En ces temps de crise, chaque peuple retrouve ses réflexes : les Chinois se tournent vers le contrôle social, les Coréens vers la technologie, les Anglais vers la reine, et les Français vers l’Etat central dont on attend tout."

Il est un point en revanche sur lequel Bruno Retailleau accorde son satisfecit au gouvernement: l'économie. "Globalement, je trouve que le gouvernement a bien agi sur le plan de l’économie. Je n’hésite pas à le dire, ils ont mis le paquet, il fallait sauver notre appareil de production, empêcher que des entreprises saines en temps habituel fassent faillite", a-t-il affirmé. 

Robin Verner