BFMTV

Baisse des privilèges des anciens présidents: Dosière salue "un pas vers une République plus exemplaire"

Les privilèges des anciens chefs de l'Etat vont diminuer. C'est la décision du président de la République, François Hollande, qui s'appliquera à lui-même et à ses successeurs. L'exécutif souhaite ainsi économiser 10 millions d'euros par an.

Le décret a été publié ce matin au Journal officiel, les avantages des anciens présidents de la République vont diminuer. Une bonne nouvelle selon René Dosière, membre de la Commission des Lois et du Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques.

“Cela va dans le bon sens, c’est un pas supplémentaire dans la République exemplaire que souhaitait le président de la République”, déclare-t-il à BFM TV. 

Lors de sa campagne en 2012, le candidat Hollande avait promis de mettre en place une “république exemplaire”. C’est ainsi qu’à son arrivée, il a réduit son salaire de 30 %, ainsi que celui de ses ministres, rappelle le parlementaire René Dosière.

Dans 5 ans pour les prédécesseurs de Hollande

A noter que cette mesure réduisant les avantages des anciens chefs de l’Etat s'appliquera à François Hollande dès la fin de son mandat, mais dans cinq ans à ses prédécesseurs. Une décision prise à la suite d’une préconisation de la Cour des comptes et du Conseil d’Etat.

Pour rappel, l’Etat verse aux anciens dirigeants encore en vie, c’est à dire Valery Giscard d’Estaing, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, une dotation annuelle de 65.000 euros. En plus de cette prime, les anciens chefs de l’Etat ont aussi à leur disposition ne voiture avec deux chauffeurs, un appartement de fonction, sept collaborateurs ou encore du personnel de maison. Ils sont également membres à vie du Conseil constitutionnel, une fonction pour laquelle ils reçoivent 14.400 euros bruts (s’ils décident d’y siéger).

Economie espérée: 10 millions d’euros par an.

M.H avec Sophie Hébrard