Jean-Guy Talamoni et Gilles Simeoni à Matignon
 

Si le dialogue est ouvert entre le gouvernement et les nationalistes corses, la marge de négociation laissée par l'exécutif est très serrée sur les dossiers les plus sensibles. 

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire