BFMTV

Audition devant la commission des recours de l'UMP: Lavrilleux dit non

Jérôme Lavrilleux, en 2012, au siège du parti.

Jérôme Lavrilleux, en 2012, au siège du parti. - Kenzo Tribouillard - AFP

L'eurodéputé a refusé pour la seconde fois l'invitation du parti à venir se défendre sur la procédure d'exclusion lancée contre lui en juin.

Jérôme Lavrilleux dit encore non! L'ancien directeur adjoint de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012, qui a reconnu un dérapage dans les comptes du candidat, était invité pour la deuxième fois en moins d’un mois, à venir ce jeudi se défendre devant la Commission des Recours de l’UMP. En vain, selon nos informations.

Objectif des membres de cet instance de contrôle interne du mouvement: entendre les arguments de l'eurodéputé, qui conteste sur le fond et la forme la procédure d'exclusion lancée contre lui fin juin.

Il veut se défendre en personne

Par l'intermédiaire de son avocat, l'élu a demandé une date compatible avec son agenda parlementaire. Ce jour-là, les députés européens sont en effet réunis en session à Strasbourg. Et Jérôme Lavrilleux, déjà sous le coup d'une probable levée de son immunité parlementaire, ne veut pas aggraver son cas en séchant une séance de votes.

L'ancien bras droit de Copé, qui n'a pas remis les pieds au siège de son parti depuis son départ au lendemain des européennes, veut surtout se défendre en personne. Il n'enverra donc pas son avocat le représenter devant les juges de l'UMP jeudi prochain. À ce rythme-là, c'est Nicolas Sarkozy, une fois les clefs du parti en main, qui pourrait bien avoir à gérer ce sujet brûlant qui dure depuis presque trois mois maintenant.

Damien Fleurot