BFMTV

Au ministère de l'Ecologie, six ministres en sept ans

Avec le départ de François de Rugy du gouvernement, c'est un nouveau ministre en charge des questions environnementales qui quitte son poste. Le sixième en sept ans.

Ce mardi 16 juillet, après une semaine de polémiques, François de Rugy a présenté sa démission au chef du gouvernement. Le ministère de la Transition écologique se trouve ainsi vacant. L'hôtel de Roquelaure, qui abrite ce ministère sur le boulevard Saint-Germain à Paris, semble ainsi maudit. En effet, sur les sept dernières années, ce sont six ministres qui se sont déjà succédé à ce poste.

François de Rugy a été poussé à quitter son poste à la suite de différentes révélations de Mediapart, concernant son usage des deniers publics. Il est notamment accusé d'avoir organisé des dîners fastueux pour des proches, alors qu'il était président de l'Assemblée nationale, mais aussi d'avoir fait refaire une partie de son appartement de fonction, avec des travaux coûteux. Ce mardi, le ministre assure porter plainte contre le site d'information pour diffamation. 

Avant François de Rugy, Nicolas Hulot était déjà parti de manière fracassante. Le 28 août 2018, l'ancienne vedette de TF1 annonce sa démission au micro de la matinale de France Inter, en direct, et par surprise. "Je ne veux plus me mentir", assure-t-il alors en jugeant que l'écologie n'est pas une priorité du gouvernement. A la suite de ce départ, le sommet de l'exécutif avait d'ailleurs eu bien du mal à faire son casting. Le poste est resté à pourvoir pendant une longue semaine. 

Sous Hollande, quatre ministres de l'Ecologie

Le quinquennat précédent a également vécu des moments agités au ministère de l'Ecologie. Le 2 avril 2014, c'est Ségolène Royal qui prend la tête de ce ministère, d'abord avec le titre de "ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie" puis avec celui de "Ministre de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer, chargée des Relations internationales sur le climat". 

Elle a alors succédé à Philippe Martin, ministre de l'Ecologie pendant neuf mois. L'élu du Gers avait alors fait les frais d'un remaniement post-élections municipales, catastrophiques pour le Parti socialiste. 

Il avait lui même été nommé au gouvernement à la suite du départ de Delphine Batho. Non moins fracassant que certains de ses successeurs. L'élue socialiste s'était livrée sur RTL à une vive critique des arbitrages budgétaires du gouvernement Ayrault. "C’est vrai que c’est un mauvais budget", avait-elle glissé à l'époque, estimant que "la transition énergétique n'est pas une variable d’ajustement". Quelques heures plus tard, François Hollande a mis fin à ses fonctions, officiellement "sur proposition du Premier ministre".

Ivan Valerio