BFMTV

Attali fait 25 propositions sur le déficit et la croissance

La commission Attali remet ce vendredi à Nicolas Sarkozy 25 propositions pour améliorer la croissance de la France et réduire ses déficits records. /Photo d'archives/REUTERS/Thierry Roge

La commission Attali remet ce vendredi à Nicolas Sarkozy 25 propositions pour améliorer la croissance de la France et réduire ses déficits records. /Photo d'archives/REUTERS/Thierry Roge - -

PARIS (Reuters) - La commission Attali remet ce vendredi à Nicolas Sarkozy 25 propositions pour améliorer la croissance de la France et réduire ses...

PARIS (Reuters) - La commission Attali remet ce vendredi à Nicolas Sarkozy 25 propositions pour améliorer la croissance de la France et réduire ses déficits records.

Selon Les Echos, les membres de la commission vont notamment proposer au chef de l'Etat de mettre sous conditions de ressources les allocations familiales, ainsi que des gels de prestations sociales et la création d'une "TVA sociale".

La commission, qui avait fait plus de 300 propositions pour la croissance début 2008, a cette fois deux objectifs : répondre aux urgences du désendettement et de l'emploi et préparer deux chantiers de long terme, l'éducation et la gestion des ressources rares.

La commission suggère en outre de geler jusqu'à 2013 le point d'indice sur lequel est calculée la rémunération des fonctionnaires et de prolonger le principe de non remplacement d'un fonctionnaire partant en retraite sur deux aux collectivités locales et à la Sécurité sociale.

Pour réduire le déficit de l'assurance maladie, la commission propose de nouveaux déremboursements de médicaments et la prise en charge d'une partie des coûts des affections de longue durée par certains malades.

"Les dépenses publiques doivent être ciblées sur ceux qui en ont le plus besoin", écrit la commission.

Côté recettes, les niches sociales et fiscales sont dans la ligne de mire de la commission, en particulier la TVA à 5,5% dans la restauration.

La commission se prononce d'autre part pour un réexamen de la fiscalité sur les plus-values et les successions et demande que la contribution des plus favorisés aux hausses d'impôts ne soit pas annulée par le bouclier fiscal.

Jean-Baptiste Vey