BFMTV

Après l'incident à l'Assemblée, Valls appelle la droite à "se ressaisir"

Manuel Valls.

Manuel Valls. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le ministre de l'Intérieur a réagi à l'appel au boycott des Questions au gouvernement par l'UMP. "Il ne faut jamais boycotter", estime-t-il.

Après la passe d'armes entre Manuel Valls et Claude Goasguen mardi à l'Assemblée, l'UMP est dans tous ses états. Le ministre de l'Intérieur appelle mercredi la droite à "se ressaisir", alors que l'opposition a annoncé qu'elle boycotterait les questions au gouvernement ce mercredi.

"Il ne faut jamais boycotter", a déclaré le ministre de l'Intérieur, qui quittait la place Beauvau vers l'Elysée pour le Conseil des ministres. "C'est important les séances de questions au gouvernement, surtout que c'est la dernière avant les élections municipales. Il faut se ressaisir. "Il faut que tous les républicains soient rassemblés et unis contre les violences".

"Il n'y a pas de bons casseurs, il n'y a que des mauvais casseurs et le gouvernement est très déterminé, et moi le premier, à faire face à ces violences contre les institutions, qu'elles viennent de l'ultradroite ou de l'ultragauche", a poursuivi le ministre de l'Intérieur. "Le débat à l'Assemblée nationale est parfois chaud et c'est normal", a-t-il observé. "Mais il faut que la droite soit responsable. La critique est logique mais il ne faut pas utiliser tous les sujets pour polémiquer d'une manière inutile, contre-productive".

"Il a raté la marche de Matignon"

Les accusations de Manuel Valls face à Claude Goasguen ont fortement déplu à la droite, qui ne s'est pas privée de le dire. "Manuel Valls a perdu son sang-froid", a ainsi réagi Henri Guaino, député UMP des Yvelines mercredi matin.

Laurent Wauquiez, lui, a qualifié le ministre de l'Intérieur de "petit monsieur". "Pour moi, Manuel Valls est une déception, c'était quelqu'un pour lequel j'avais une certaine estime, je pensais que c'était un grand républicain, je trouve que c'est un petit monsieur qui fait des petites polémiques", a déclaré le député.

Pour Jean-Pierre Raffarin, c'est même un potentiel poste de Premier ministre que Manuel Valls a "raté" en raison de sa "brutalité". "Le ministre de l'Intérieur a quelque peu dérapé, je crois que par cette brutalité, il a raté la marche de Matignon", a expliqué l'ancien Premier ministre. "C'est pour lui une faute, il faut apaiser tout ça".

A.K avec AFP