BFMTV

Amazonie, tensions commerciales: dans son adresse aux Français, Macron liste les enjeux de son G7

Le chef de l'Etat s'est adressé aux Français ce samedi en début d'après-midi depuis Biarritz pour détailler les grands enjeux qui vont être mis sur la table du G7 ces trois prochains jours.

Emmanuel Macron a dévoilé ce samedi les grands enjeux du G7 pour le pays. Le président s'est exprimé depuis Biarritz, où il est arrivé hier, quelques heures avant d'accueillir les six chefs d'Etat et de gouvernement membres du sommet. 

Il a ainsi tracé les contours de ce G7 et en a martelé "l'utilité" et l'importance. Parmi les principaux enjeux dessinés par le chef de l'Etat, la préservation de la stabilité et de la sécurité dans le monde: "Nous allons discuter des grands conflits; l'Iran, la Syrie, la Libye, l'Ukraine", a expliqué Emmanuel Macron avant de développer:

"Lorsque la France a été frappée par les attentats en 2015, ils avaient été préparés en Syrie par des jihadistes. Si demain l'Iran se dote de l'arme nucléaire, nous serons directement concernés. Si le Moyen-Orient s'embrase, nous serons touchés", a-t-il poursuivi, tout en souhaitant trouver "des accords utiles" avec les autres pays membres.

Mettre fin aux tensions commerciales

Autre grand enjeu de ce sommet, la situation de l'économie mondiale: "Nous devons réussir à avoir une forme de désescalade, à stabiliser les choses et à éviter cette guerre du commerce qui est en train de s'installer partout", a-t-il déclaré.

Il a également souhaité "convaincre (nos) partenaires que les tensions commerciales sont mauvaises pour tout le monde". Taclant au passage son homologue américain Donald Trump, qui fait planer la menace d'un conflit avec la France et l'Europe en menaçant de taxer les vins français en rétorsion à la taxation des géants américains du numérique.

En matière d'environnement et d'écologie, le chef de l'Etat a reconnu "des désaccords avec certains pays, notamment les Etats-Unis". Quant aux violents incendies qui ravagent l'Amazonie depuis début juillet, il a une nouvelle fois appelé à la "mobilisation de toutes les puissances".

"Répondre à l'appel de la forêt"

"Nous devons répondre à l'appel de la forêt (...) de l'Amazonie, notre bien commun (...) et donc nous allons agir", a-t-il asséné avant de poursuivre: "Nous sommes tous concernés et la France l'est sans doute encore plus que d'autres puisque nous sommes amazoniens, la Guyane est en Amazonie."

Faisant part de sa volonté d'aider le Brésil à investir dans la reforestation, il a expliqué vouloir permettre aux peuples autochtones de développer les bonnes activités afin de préserver le poumon vert de la planète.

Emmanuel Macron a finalement appelé les militants anti-G7 manifestant au Pays Basque "au calme et à la concorde", en affirmant que les grands défis, dont celui du climat, devaient être relevés "ensemble". Plusieurs milliers de personnes défilent pacifiquement ce samedi d'Hendaye à la ville frontière espagnole d'Irun.

Manon Fossat