BFMTV

Amara : « Platini et les planqués... ça suffit ! »

-

- - -

Fadela Amara, secrétaire d'Etat à la Politique de la Ville, a fustigé les sifflets qui ont accompagné la Marseillaise lors du match France-Tunisie.

Invitée des GG mercredi 29 octobre, la secrétaire d'Etat à la Politique de la Ville Fadela Amara, a réitéré sa condamnation des sifflets envers la Marseillaise : « Je pense et je maintiens ce que j'ai dit : la poignée de gamins qui ont sifflé la Marseillaise ce sont des imbéciles. Ils ont fait n'importe quoi et ils ont jeté la honte sur les gens des quartiers. Ils ont fait la honte à notre pays parce que nous avons accueilli l'équipe tunisienne, et ce n'était pas très agréable de l'accueillir dans ces circonstances. Ils étaient nos hôtes, on leur doit un minimum de respect. Et plus grave encore, ils ont quand même gâché une fête populaire. C'est ça qui m'a foutu en rogne ».

Interrogée sur les propos de Michel Platini, président de l'UEFA, qui a dénoncé une récupération politique de l'affaire, elle a répondu : « Michel Platini... les planqués, c'est bon. Ca suffit. Moi je le dis, dans le milieu du foot, nous avons un problème de violence, il y a trop de violence. La pancarte sur les Ch'tis, c'est un scandale. Siffler la Marseillaise, c'est un scandale. Il y a des gens qui sont morts pour cette Marseillaise, pour que ce pays soit libéré. Il faut quand même s'en rappeler ».

Elle a enfin évoqué l'attitude qu'elle aurait eue si elle avait été présente le soir du match : « D'abord, j'aurais quitté tout de suite la tribune présidentielle, ça c'est sûr. Mais je l'aurais certainement quittée pour mieux attraper le micro et pour lancer un message fort. Je crois qu'à un moment donné il faut poser des actes. Poser des actes, c'est aussi s'affirmer et défendre des valeurs. Bernard Laporte a réagi comme il le pouvait, comme il le souhaitait. Chacun est libre de faire ce qu'il veut, mais moi, si j'avais été présente, j'aurais quitté la tribune présidentielle pour montrer mon désaccord. Je suis fille d'immigrés, et je sais l'impact que peuvent avoir de tels sifflets sur l'opinion publique ».

La rédaction-Les Grandes Gueules