BFMTV

Albi furieuse contre le New York Times et son article sur le déclin des villes moyennes en France

La ville d'Albi

La ville d'Albi - PASCAL PAVANI / AFP

Indignée par un reportage du New York Times sur la désertification commerciale de son centre-ville, la municipalité d'Albi a adressé une tribune, ce jeudi, au grand quotidien américain.

"Peinture défraîchie", "volets et devantures clos", rue "déserte" comme "un décor de théâtre", la ville d'Albi, dans le Tarn, est tristement dépeinte dans le New York Times. Le journaliste Adam Nossiter s'est rendu sur place, prenant cette ville moyenne de 50.000 habitants pour illustrer la désertification des centres-villes français.

Sauf, que du côté de la municipalité, cette critique ne passe pas. Ce jeudi, la maire LR, Stéphanie Guiraud-Chaumeil, a publié une tribune qu'elle souhaite adresser au quotidien. Pêle-mêle, elle dénonce une instrumentalisation politique, une injustice et un travail journalistique bâclé.

Le journaliste raconte son errance dans la ville

"Je ne dis pas que l’on fait tout bien. Mais on ne méritait pas ça", explique l'élue à BFMTV.com, avant d'ajouter: "Les gens qui ne témoignent pas à visage découvert ne sont pas dignes de confiance".

Pour démontrer que les commerces disparaissent, le journaliste américain Adam Nossiter raconte son errance dans cette ville qu'il dit connaître depuis presque 35 ans. 

"Au détour d’une rue, voici la dernière école de la vieille ville — fermée depuis quelques années. Dans une artère voisine, le dernier magasin de jouets, fermé lui aussi, puis la dernière petite épicerie indépendante, ses volets également clos. Le soir, seul le son de vos pas sur le pavé vient troubler l’épais silence des rues désertes."

Dans son reportage, le journaliste s’appuie sur un rapport du gouvernement publié en octobre 2016 mais aussi sur le blog de Florian Jourdain, sur la dévitalisation d’Albi. Lui, parle de 78 magasins "inoccupés ou en liquidation, soit 15,54%" des commerces.

"C’est totalement injuste"

"La vacance commerciale dans le centre-ville d’Albi a donc connu une hausse de 1,39% en un an", écrit-il encore. Au total, la ville compte "502 cellules commerciales". Pour arriver à ce résultat, le blogueur explique avoir compté chaque enseigne commerciale du centre-ville d'Albi. Et selon le journaliste du New York Times, c'est ce "lanceur d'alerte" qui lui a servi de guide.

"C’est totalement injuste", rétorque la maire, Stéphanie Guiraud-Chaumeil. "Oui, il existe une rue qui fonctionne moins. Mais elle n’est pas dans l’hyper-centre piéton. Elle se situe vers les faubourgs. Une rue dans une ville ce n'est pas toute la ville!"

Agacée par un traitement journalistique qu'elle juge "partiel", et "au nom de la population albigeoise", la maire d'Albi invite les journalistes du New York Times et les "représentants diplomatiques des USA à venir séjourner dans notre ville". 

"On a une mixité exceptionnelle dans le centre-ville. Les logements et les commerces ne sont pas vacants. Depuis 1981, une boutique est fermée, les propriétaires ne souhaitent pas relouer. Que peut-on y faire?", lance encore la maire. 

Au total, cet appel a été signé par 1.000 personnes, dont nombres d'élus LR. Stéphanie Guiraud-Chaumeil, qui dit avoir reçu beaucoup d'appels de soutien de ses administrés, espère ainsi réhabiliter l'image de sa ville "et plus largement l'image de la France". 
Elodie Hervé