BFMTV

Alain Juppé déplore le temps perdu en Libye

Le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, a déploré l'absence d'intervention militaire du G8 en Libye qui permet au régime Kadhafi de se renforcer. /Photo prise le 10 mars 2011/REUTERS/François Lenoir

Le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, a déploré l'absence d'intervention militaire du G8 en Libye qui permet au régime Kadhafi de se renforcer. /Photo prise le 10 mars 2011/REUTERS/François Lenoir - -

PARIS (Reuters) - L'absence d'intervention militaire en Libye permet au régime Kadhafi de se renforcer, a déploré mardi le ministre des Affaires...

PARIS (Reuters) - L'absence d'intervention militaire en Libye permet au régime Kadhafi de se renforcer, a déploré mardi le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé.

Les ministres des affaires étrangères du G8 (USA, Canada, Allemagne, Japon, Italie et Russie) sont réunis à Paris depuis lundi pour un sommet centré sur la crise libyenne.

Paris s'efforce de convaincre ses partenaires d'accélérer le vote d'une résolution par le Conseil de sécurité de l'Onu pout tenter de donner un coup d'arrêt à la répression meurtrière du soulèvement libyen.

"Pour l'instant, je ne les ai pas convaincus" d'intervenir en Libye, a dit Alain Juppé sur Europe 1.

Sur le terrain, "le colonel Kadhafi marque des points. Si nous avions utilisé la force militaire la semaine dernière (...), peut-être que le renversement en la défaveur de l'opposition ne se serait pas passé. Mais c'est du passé", a-t-il ajouté.

"La France l'a souhaité et ses partenaires se sont montrés plus prudents. Nous avons peut-être laissé passer une chance de rétablir la balance" entre l'opposition libyenne et le régime Kadhafi, a estimé Alain Juppé.

Selon le porte-parole du gouvernement, François Baroin, il existe un "choix intermédiaire" entre la zone d'exclusion aérienne et la non-intervention: la mise en place de couloirs aériens.

"La position française est favorable à ces couloirs aériens sur la base d'un entraînement avec les pays européens et d'un mandat clair de la communauté internationale", a-t-il dit sur LCI.

Laure Bretton et Marc Angrand