BFMTV

Afficher la photo d'Edouard Philippe sur son tract, la nouvelle tactique des candidats LaREM aux municipales

Edouard Philippe et Gaspard Gantzer

Edouard Philippe et Gaspard Gantzer - Twitter @gaspardgantzer

Le Premier ministre, lui-même candidat au Havre, affiche une cote de popularité qui ne faiblit pas. De là à le rendre difficilement remplaçable lors d'un prochain remaniement?

Sur le compte Twitter de Gaspard Gantzer, la photo est "épinglée", bien en vue. L'ancien communicant de François Hollande s'y affiche côte à côte avec le Premier ministre, les jardins de Matignon en guise de fond.

"Merci Édouard Philippe pour votre soutien à notre candidature aux élections municipales dans le 6e arrondissement de Paris", commente le candidat.

Le cliché figure même sur le tract de campagne du candidat, où nulle mention d'Agnès Buzyn, la tête de liste LaREM dans la capitale, n'apparaît.

Gaspard Gantzer n'est pas le seul à courtiser le Premier ministre en vue des municipales, raconte L'Opinion. Outre ce dernier, la candidate LaREM à Lille Violette Spillebout, le candidat à La Baule Jean-Yves Gontier ou encore Arnaud de Courson et Maud Bregeon, en lice à Levallois-Perret, ont usé du même artifice, relate le quotidien. Édouard Philippe, rare sur le terrain de la campagne des municipales en raison de la crise sanitaire, mais présent sur papier glacé.

Une prime à se montrer avec Philippe?

Auréolé de sondages flatteurs, Édouard Philippe serait-il devenu la carte à jouer pour l'emporter? Comme une prime à se montrer au côté du chef du gouvernement pour un candidat en campagne? "Encore plus après la gestion de cette crise. Il a tenu la barre d'un bateau dans une tempête", estime sans hésiter une députée de la majorité auprès de BFMTV.com.

"Édouard Philippe est identifié comme quelqu'un de plutôt positif dans les sondages. C'est de la tactique politicienne", analyse le député LaREM du Rhône Bruno Bonnell à l'égard de ces photos. 

"Le destin d'Édouard Philippe n'est pas entre ses mains"

Édouard Philippe a-t-il atteint une popularité, dans l'opinion et chez les marcheurs, qui pourrait le rendre intouchable, alors qu'un remaniement est pressenti pour le mois de juillet? Pas "invirable", mais "difficilement bougeable", confiait un député philippiste à BFMTV.com il y a une dizaine de jours. 

En dépit des sondages, "le destin d'Édouard Philippe n'est pas entre ses mains ni celles de l'opinion. Il est entre les mains du président de la République, juge Bruno Bonnell. Il peut être relevé de ses fonctions comme tout Premier ministre."

Les Français favorables au maintien de Philippe à Matignon

Après son allocution de dimanche pavant la route de la dernière phase du déconfinement, Emmanuel Macron devrait prendre la parole entre le 28 juin et le 14 juillet afin d'ébaucher l'après-crise sanitaire, qui pourrait être l'occasion d'un vaste changement d'équipe gouvernementale.

À ce jour, rien n'est tranché. Début juin, un sondage Odoxa donnait les Français favorables à 64% à un remaniement. Mais 65% des sondés ont exprimé le souhait que le Premier ministre conserve son poste.

Dans une interview accordée à Paris-Normandie publiée ce jour, le chef de l'exécutif a confirmé qu'en cas d'élection au Havre, il resterait à Matignon, sans exclure l'hypothèse qu'il pourrait redevenir maire de la ville de Seine-Maritime "beaucoup plus tôt" que la fin du quinquennat. Les jeux ne sont pas faits. À ce jour, un sondage le crédite de 53% des voix à l'issue du second tour.

Clarisse Martin