Affaire Théo: l'exécutif craint une escalade de la violence en banlieue

A demonstrator holds a placard reading "Justice for Theo" as people take to the street during a protest in support of a man allegedly abused while in police custody in Aulnay-sous-Bois, on February 9, 2017 in Rennes, northwest France.
 

L'exécutif tente de montrer sa bonne foi et sa capacité à prendre la mesure de l'événement afin d'enrayer l'embrasement, après plusieurs nuits émaillées de violences. 

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • Google-100955731894962092345
    Google-100955731894962092345     

    Grace a théo, tous ces jeunes on enfin quelque chose a faire, tout PT !! Et bien sur leurs impôts (ahahahah) vont rembourser les casses.

  • Piout69
    Piout69     

    Sachant que plus de la moitié des flics sont cartés à droite et à l'extrême droite, il est de bonne augure de mettre le feu dans les cités pour que le citoyen français soit rempli de haine et vote à droite ou chez Marine. Pourquoi les policiers ne seraient-ils pas comme les militaires interdits de se syndicaliser et d'adhérer à un parti? Ils sont sous les ordres du Président et du Ministère de l'intérieur.

    Sang9
    Sang9      (réponse à Piout69)

    Vous devez faire partie de ceux qui prône le "pas d'amalgame" et c'est une bonne chose. Cependant il serait juste d'étendre le concept au niveau des forces de l'ordre aussi.

Votre réponse
Postez un commentaire