BFMTV

Affaire du Carlton de Lille: DSK mis en examen

Dominique Strauss-Kahn a été mis en examen lundi soir pour proxénétisme aggravé en bande organisée dans l'affaire du Carlton de Lille et laissé en liberté sous contrôle judiciaire. L'ancien directeur général du FMI devra verser en outre une caution de 100

Dominique Strauss-Kahn a été mis en examen lundi soir pour proxénétisme aggravé en bande organisée dans l'affaire du Carlton de Lille et laissé en liberté sous contrôle judiciaire. L'ancien directeur général du FMI devra verser en outre une caution de 100 - -

Dominique Strauss-Kahn a été mis en examen lundi soir pour proxénétisme aggravé en bande organisée dans l'affaire du Carlton de Lille et laissé en liberté sous contrôle judiciaire. Ses avocats annoncent qu'ils vont faire appel.

Dominique Strauss-Kahn a été mis en examen lundi soir pour proxénétisme aggravé en bande organisée dans l'affaire dite du Carlton de Lille, du nom de l'hôtel où opéraient des prostituées. Il a été laissé en liberté sous contrôle judiciaire, a annoncé le parquet. Ses avocats ont annoncé leur intention de faire appel de cette décision. Dans le cadre du contrôle judiciaire, DSK a l'interdiction d'entrer en contact avec les huit autres personnes mises en examen, les parties civiles et la presse au sujet des faits visés par la procédure. L'ancien directeur général du fonds monétaire international (FMI), âgé de 62 ans, devra verser en outre une caution de 100.000 euros.

« Avoir une relation avec une escort ne constitue pas une infraction »

Les juges ont estimé que DSK n’était pas qu’un simple client de prostitués, mais avait pris part au fonctionnement du réseau. L'un de ses avocats, Me Richard Malka, a expliqué dans la foulée que son client déclarait « avec la plus grande fermeté n'être coupable d'aucun » des faits qui lui sont reprochés et « n'avoir jamais eu la moindre conscience que certaines femmes rencontrées » lors de soirées libertine à Paris ou Washington pouvaient être des prostituées.
Certaines d'entre elles ont soutenu qu'il ne pouvait l'ignorer ou qu'il le savait, ce que DSK a réfuté lors de sa garde à vue, selon une source proche du dossier. Quand bien même l'aurait-il su, Me Malka a rappelé que « le fait d'avoir une relation avec une escort ne constituerait pas une infraction », et « relèverait d'un comportement privé parfaitement licite ».

Audience civile à New York mercredi dans l’affaire du Sofitel

L'audition de l'ancien directeur général du FMI, a eu lieu avec deux jours d'avance sur le calendrier prévu. Elle devait initialement intervenir en même temps que la première audience au civil qui doit se tenir mercredi à New York dans l’affaire Diallo, du nom de la femme de chambre du Sofitel de New York qui accuse DSK d'agression sexuelle.

La rédaction avec Reuters