BFMTV

Accusations d'islamophobie à Sciences Po Grenoble: Pécresse dénonce un "terrorisme intellectuel"

La présidente de la région Île-de-France, invitée de BFM Politique ce dimanche, demande par ailleurs à l'Unef de se désolidariser de sa branche grenobloise.

Selon Valérie Pécresse, "l'islamo-gauchisme est une réalité à l'université". Or, la présidente de la région Île-de-France estime que c'est ce phénomène qui a mené à la mise en cause de deux enseignants de Sciences Po Grenoble, accusés d'islamophobie. Pour l'ancienne ministre de l'Enseignement supérieur, invitée ce dimanche de BFM Politique, l'établissement doit porter plainte contre les étudiants qui sont derrière ces accusations.

Par ailleurs, Valérie Pécresse pointe du doigt la responsabilité du syndicat étudiant Unef, qui d'après elle "est en pleine dérive, en plein naufrage" et "doit se désolidariser de sa branche de Grenoble (...) sans délai".

"Quand on jette en pâture des enseignants et qu'on les accuse sans aucune preuve, en leur mettant quasiment une cible dans leur dos, je considère que c'est du terrorisme intellectuel", s'alarme-t-elle.

"Pression des islamistes"

À titre personnel, la présidente ex-Les Républicains d'Île-de-France se dit "évidemment au côté de ces professeurs qui sont accusés à tort, qui sont cloués au pilori". Aux yeux de celle qui peut faire partie des prétendants de la droite à la prochaine élection présidentielle, ce qu'il s'est produit à Sciences Po Grenoble relève de la "délation".

"Je n'oublie pas ce qui est arrivé à Samuel Paty. Je n'oublie ce qui est arrivé il y a quelques semaines à Didier Lemaire, le professeur de philosophie de Trappes, qui pendant 20 ans a enseigné la philosophie (...) et qui a dû renoncer à sa vocation sous la pression des islamistes", affirme-t-elle.

Ainsi, Valérie Pécresse voit derrière ces événements la pression exercée par "l'islamo-gauchisme", qu'elle définit comme étant "un courant politique qui minimise, qui nie le danger de l'islamisme pour la société française".

Jules Pecnard Journaliste BFMTV