BFMTV

A Nice, Le Pen pilonne Macron et son programme

Marine Le Pen était en meeting à Nice ce jeudi soir.

Marine Le Pen était en meeting à Nice ce jeudi soir. - Capture d'écran BFMTV

Pendant un peu plus d'une heure et devant plusieurs milliers de personnes, jeudi soir à Nice, Marine Le Pen a déroulé son programme tout en prenant inlassablement pour cible son adversaire, Emmanuel Macron.

Opération pilonnage. Ce jeudi soir, à Nice, devant près de 4.000 personnes, Marine Le Pen a tenu un meeting sur les terres de la droite, faisant siffler Christian Estrosi, l'ancien maire LR de la ville. Pendant un peu plus d'une heure, elle a inlassablement ciblé Emmanuel Macron, dont la critique a été le fil rouge de son discours.

Enumérant en ouverture de sa prise de parole plusieurs "victoires", dont le résultat historique de son parti au premier tour de la présidentielle, la candidate du Front national n'a pas attendu bien longtemps avant d'entamer cette charge frontale. 

"La victoire finale, celle qui va conduire le peuple à l’Elysée, nous allons la construire en décryptant le Macron dans le texte. En montrant en quoi son programme est destructeur pour notre pays", a-t-elle déclaré, annonçant la couleur. 
"Derrière les phrases creuses fabriquées par les communicants et prononcées par un orateur souvent sentencieux et narcissique, il y a un projet de dilution de notre pays, de ses valeurs, de ses repères, de sa justice sociale, de son unité. Emmanuel Macron est notre antithèse parfaite", a-t-elle ajouté, le qualifiant aussi de "pyromane qui veut se faire passer pour le pompier". 

"Il a l'insensibilité qu'il faut au métier de banquier"

S'en prenant à plusieurs de ses propositions en particulier, mais aussi à ses soutiens, dont Pierre Gattaz, le patron des patrons, Marine Le Pen a surtout insisté sur une critique de la personnalité de son adversaire. 

"Emmanuel Macron avait toutes les qualités pour être un bon banquier d’affaires, il a l’insensibilité qu’il faut à ce métier. Il s’agit de la plus pure synthèse du système. Le second tour est arrivé et le vernis craque, chaque jour un peu plus, nous mettons en lumière le vrai Macron, et la fébrilité s’empare de Monsieur Macron", a estimé Marine Le Pen. 

La candidate frontiste a entre autres reproché à son adversaire d'appartenir à une "oligarchie qui se reconnaît entre elle et s'adoube entre elle", évoquant aussi ce qu'elle estime être un "silence" sur le thème de la sécurité. Sur le champ de l'économie, Marine Le Pen a renvoyé Emmanuel Macron à sa proposition de négocier le temps de travail par entreprise.

"Un référendum pour ou contre la France"

Elle a promis d'être "une présidente qui protège, qui mettra en œuvre le patriotisme économique en faveur de nos entreprises, qui, pour les salariés et les retraités développera votre pouvoir d'achat et pour tous, garantira notre système social et particulièrement notre système de santé". 

"Le choix dans cette élection est clair", a soutenu Marine Le Pen. "Cette élection est un référendum pour ou contre la France, je vous appelle à choisir la France, pas Monsieur Macron, c’est sûr, dont le projet est la dilution de la France". 

Pour conclure, le candidate du Front national a lancé un appel à l"unité". "Cette unité nous la construirons avec tous les patriotes qui souhaitent ns rejoindre et que ns accueillerons fraternellement", a-t-elle lancé", espérant des ralliements en vue de second tour. 
Charlie Vandekerkhove