Emmanuel Macron
 

Emmanuel Macron impute la responsabilité des violences du 1er-Mai à "ceux qui ne croient à la démocratie que quand ils gagnent" et s'oppose à la "confusion des luttes". 

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire