BFMTV

Yvelines: le premier tour des municipales annulé à Chevreuse

Les élections municipales (illustration).

Les élections municipales (illustration). - Sebastien Bozon - AFP

Anne Hery-Le Pallec, la maire sortante, et Sébastien Cattaneo sont arrivés à égalité après l'invalidation à tort d'un bulletin. Si aucun candidat ne fait appel, la municipalité aura trois mois pour organiser des élections.

Le tribunal administratif de Versailles a annulé ce mardi le premier tour des élections municipales à Chevreuse (Yvelines) où les deux candidats, dont la maire sortante, étaient arrivés à quasi égalité des voix, à un bulletin près.

Le 15 mars, Anne Hery-Le Pallec, la maire LR sortante de cette commune de moins de 6.000 habitants - qui abrite le siège du parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse -, avait en effet obtenu 1014 voix et son adversaire Sébastien Cattaneo (SE).

Dans un jugement dont l'Agence France Presse (AFP) a obtenu copie, le tribunal estime qu'un des bulletins en faveur de Sébastien Cattaneo a été invalidé à tort, mettant donc les deux candidats à égalité avec 1014 voix chacun, ce qui annule de facto le scrutin municipal et communautaire.

Une demande d'inéligibilité rejetée

Sébastien Cattaneo avait également engagé ce recours devant la justice administrative pour demander l'inéligibilité de la maire sortante et d'un de ses colistiers pour divers motifs. Mais il a été débouté de ces demandes.

Dès que la décision deviendra définitive - les parties ont un mois pour faire appel -, la municipalité aura trois mois pour convoquer de nouvelles élections et sera administrée entre-temps par une "délégation spéciale" composées de trois personnes désignées par la préfecture. En attendant, la maire actuelle reste en place.

Sébastien Cattaneo a indiqué à l'AFP qu'il ne ferait pas appel car "ce qu'on souhaitait avant tout, c'était l'annulation de l'élection", a-t-il dit. Quant à Anne Héry-Le Pallec, elle doit encore consulter ses adjoints et colistiers sur ce point, a-t-elle dit à l'AFP mardi soir.

"Le principe de la décision (du tribunal) n'est pas une surprise mais ce qui est incompréhensible, ce sont ses motivations", a-t-elle poursuivi, se disant satisfaite cependant que le juge ait écarté tout grief de "tricherie" à l'égard de sa liste.

F.B. avec AFP