Rassemblement de gilets jaunes à Besançon, le 9 mars 2019
 

L'IGPN a été saisie "afin d'apporter un éclairage complet sur les circonstances dans lesquels le bâton de défense souple a été employé", précise la préfecture du Doubs.

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire