BFMTV

Tribunal d'Evry: des policiers et agents de sécurité volaient dans les sacs lors de contrôles

-

- - PATRICK KOVARIK / AFP

Le commissariat d'Evry enquêtait depuis déjà plusieurs mois sur cet épineux dossier.

En décembre dernier, trois agents de sécurité, employés de la société S3M, ainsi que deux policiers adjoints de sécurité, dont la mission était de contrôler les sacs à l'entrée du tribunal d'Evry, dans l'Essonne, ont été placés en garde à vue.

Selon une information du Parisien, les agents simulaient un problème lorsque le sac était passé au scanner. C'est avec cette mise en scène que plusieurs billets auraient été dérobés dans des portefeuilles. "La personne passait sa main au niveau des bacs et subtilisait en quelques secondes quelques billets dans le portefeuille, qui était forcément laissé apparent", explique une source proche du dossier au quotidien francilien. Les autorités estiment que ces vols auraient été répétés à une dizaine de reprises. 

1000 euros volés au cours d'un seul contrôle

C'est au cours du premier trimestre 2017 qu'un témoin assiste à un vol commis dans ces conditions. Immédiatement, le commissariat d'Evry est alerté, et des investigations sont menées dans la plus grande discrétion.

Les forces de l'ordre ne peuvent toutefois pas utiliser les images de vidéo-surveillance, un pylône masquant les scènes de vols. Elles procèdent aux premières interpellations en novembre, alors que la somme de 1000 euros est volée lors d'un contrôle. 

Les victimes ne portaient pas plainte

A l'heure actuelle, il est encore difficile d'estimer l'ampleur des sommes dérobées. Le plus souvent, il est question de petites coupures, et les victimes ne s'en rendaient pas immédiatement compte ou "ne portaient pas plainte", explique de nouveau ce proche du dossier. De plus, la date du début de ces agissements reste encore inconnue.

Une enquête a été ouverte et, dans l'attente des conclusions, les trois employés de la société privée ont été suspendus à titre conservatoire, tout comme les deux agents de police. 

Hugo Septier