BFMTV

Toulouse: une enseignante frappée par un élève de primaire

Les faits se sont déroulés à l’école élémentaire Jean-Alphand, dans le quartier de Lalande à Toulouse.

Les faits se sont déroulés à l’école élémentaire Jean-Alphand, dans le quartier de Lalande à Toulouse. - (Photo d'illustration) - Pascal Pavani- AFP

Un élève d'une école primaire de Toulouse s'en est pris violemment à une enseignante mardi dernier. La professeure des écoles est aujourd'hui en congé maladie et remplacée.

Une enseignante de l’école élémentaire Jean-Alphand de Toulouse a été victime de violences physiques de la part d'un élève, mardi dernier. L’institutrice, en arrêt de travail, n’avait pas repris les cours ce mercredi et est actuellement remplacée, explique une employée de la cantine à nos confrères de La Dépêche du Midi.

Il s'agirait de "coups de pieds et de poings" d'après une source syndicale. Les syndicats enseignants, notamment le SNUip-FSU, appellent à une grève ce lundi devant la préfecture de région où se déroulera le conseil départemental de l’éducation nationale (CDEN). Le syndicat met une énième fois en garde sur le manque de moyens dans les écoles du nord de Toulouse, comme le quartier de Lalande:

"Ces violences à l’encontre d’enseignants du premier degré, si elles restent limitées, sont symptomatiques d’une dégradation de la situation, en particulier dans les écoles du nord de Toulouse. Ces faits sont inacceptables, déstabilisent et mettent en grande souffrance des équipes pédagogiques."

Des parents inquiets 

Les parents d'élèves ont exprimé leur inquiétude:

"Ce genre d’incident me fait peur, avoue une mère de famille à la sortie de l’école", rencontrée par le quotidien régional. "C’est la première année que mon fils est là, il est en CP, et je trouve que les instituteurs sont super, le directeur aussi, c’est quand même une bonne école." 

Le personnel éducatif de l'établissement a confié à la presse locale que l'école primaire était souvent le théâtre "d'incivilités" et d'élèves en difficulté scolaire. Le directeur de l'établissement, lui, n'a pas souhaité faire de commentaires.

Jeanne Bulant