BFMTV

Toulouse : le chauffard toujours en fuite

Pour l'heure, les enquêteurs privilégient une manoeuvre brutale de l'automobiliste, qui aurait alors coupé la route de la moto en voulant s'engager sur une avenue adjacente.

Pour l'heure, les enquêteurs privilégient une manoeuvre brutale de l'automobiliste, qui aurait alors coupé la route de la moto en voulant s'engager sur une avenue adjacente. - -

La police recherche toujours le chauffard en fuite qui a causé la mort d'un adolescent samedi, à Toulouse, et en a blessé grièvement un autre.

Les policiers toulousains étaient toujours à la recherche, dimanche, du conducteur d'une voiture qui a percuté un deux-roues samedi en fin d'après-midi à Toulouse, tuant le conducteur de la moto, un adolescent de 14 ans, et blessant grièvement le passager, un garçon de 10 ans.

Le drame est survenu vers 18h20 samedi, dans une rue du quartier du Mirail. Une berline a heurté une moto de faible cylindrée (50 cm3) et l'automobiliste a aussitôt pris la fuite.

"Manœuvre brutale"

Les enquêteurs privilégient, pour l'heure, "une manoeuvre brutale de l'automobiliste, en voulant s'engager dans une large avenue, coupant la route de la moto qui arrivait en sens contraire", selon le procureur de la République à Toulouse, Michel Valet.

Plusieurs témoins ont déjà été entendus par les policiers, qui exploitent également les résultats des constatations matérielles effectuées sur les lieux pour retrouver le véhicule en cause. Le véhicule et son conducteur n'ont pas encore été identifiés, selon le procureur.

Le jeune blessé tiré d'affaire

L'adolescent de 14 ans décédé suite à cet accident était encore en vie lorsqu'il a été évacué samedi soir vers le service des urgences. Il a succombé à ses blessures dans la soirée, à l'hôpital.

Les médecins étaient encore réservés dimanche matin sur les chances de survie du passager de la moto, âgé de 10 ans et placé en soins intensifs à l'hôpital des enfants du centre hospitalier de Toulouse-Purpan. Son état se serait considérablement amélioré dimanche. Un policier a même indiqué qu'il serait "apparemment" tiré d'affaire.

La thèse du "rodéo" écartée

Tout laisse penser que les deux jeunes portaient un casque au moment de l'accident. Le temps était sec et la chaussée n'était pas glissante.

Dans cette rue à double sens bordant une zone pavillonnaire, les riverains sont habitués à voir des jeunes circuler à grande vitesse avec des scooters, des motos ou des quads, mais les policiers ont écarté la thèse du rodéo pour expliquer l'accident de samedi.