BFMTV

Tests ADN au 36 quai des Orfèvres: un policier "regrette la méthode spectaculaire"

BFMTV

Une centaine de policiers et d'employés de la police judiciaire parisienne sont soumis depuis jeudi à des tests ADN, dans le cadre de l'enquête sur le viol d'une touriste canadienne en 2014. Ces tests sont destinés à identifier l'auteur non identifié d'une trace ADN retrouvée sur la victime. 

Une opération "inédite" qui secoue le mythique 36, quai des Orfèvres. "Je regrette la méthode choisie, on aurait pu faire les choses plus discrètement", réagit sur BFMTV Nicolas Comte, secrétaire général adjoint SGP Police.

"En tant que policier, je comprends et je respecte les investigations de la justice, mais là, on a choisi une méthode un peu spectaculaire qui va jeter l'opprobre sur beaucoup de fonctionnaires de police. Il ne faut pas oublier qu'ils ont fait un travail remarquable, notamment en début d'année lors des attentats de Charlie Hebdo", conclut le syndicaliste. 

A. G.