BFMTV

"Tu prends un couteau, tu vas dans une église": Kermiche s'était enregistré avant le massacre

L'église de Saint-Etienne-du-Rouvray prise en photo mercredi 27 juillet 2016, au lendemain de l'attentat qui a coûté la vie à un prêtre. -

L'église de Saint-Etienne-du-Rouvray prise en photo mercredi 27 juillet 2016, au lendemain de l'attentat qui a coûté la vie à un prêtre. - - Charly Triballeau - AFP

Les enquêteurs ont découvert des enregistrements audio de la voix d'Adel Kermiche, l'un des deux assaillants de l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray. Consultés par L'Express, ils révèlent une radicalisation depuis de longs mois et la préméditation de son attaque avec son complice, Abdel Malik Petitjean.

Il avait tout consigné pendant des semaines dans des enregistrements audio avant de commettre l'innommable. Adel Kermiche, l'un des deux terroristes qui ont attaqué l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen, s'était radicalisé depuis de longs mois, avait prémédité son acte et avait tenté de recruter d'autres jihadistes. C'est ce que révèlent les fichiers sonores qu'ont récupéré les enquêteurs lors des perquisitions au domicile du jeune homme de 19 ans, juste après l'attaque terroriste. 

Consultés par L'Express, ces enregistrements glaçants, dont l'authenticité a été confirmée par une source proche de l'enquête, montrent le basculement jusqu'au tragique 26 juillet. La veille, Adel Kermiche met en ligne un nouveau message sur l'application chiffrée Telegram diffusé aux quelques 200 personnes qui appartiennent à son groupe. Parlant d'"un gros truc" à venir, il demande "à ses frères et soeurs" de le diffuser au plus grand nombre.

"Je vous préviendrai à l'avance, trois quatre minutes avant et quand le truc arrivera, il faudra le partager direct", lance Adel Kermiche, parlant d'"une image ou une vidéo".

Un groupe avec ses "frères"

Le jour même de l'attentat, il écrit à 8h30 un nouveau message à l'attention de "ses amis". "Annonce. Télécharger ce qui va venir et partager le en masse !!!!!!", écrit-il sur l'application. Vers 9h25, il entre avec Abdel Malik Petitjean dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, au moment où le père Hamel célébre un office. Selon le témoignage de Soeur Danielle, prise en otage avant de pouvoir s'enfuir et donner l'alerte, les deux terroristes se filment. Pour l'heure, rien ne permet de dire si les images ont pu ou non être envoyées.

Depuis de longs mois, Adel Kermiche tenait ce journal de bord de la propagande jihadiste en enregistrant sa voix. A coup de déclarations misogynes et d'appels à la haine, le jeune homme de 19 ans tenait à prouver sa détermination face à ceux qui dénonçaient "un engagement canapé". Sur l'application, Il avait également tenté de former un groupe avec ses "frères de Rouen", toujours pour prouver qu'il voulait "organiser des choses". 

Un mentor rencontré en prison

Adel Kermiche assurait également donner "des cours" à la mosquée de Saint-Etienne-du-Rouvray. Des affirmations que réfute le responsable. "Je n'ai jamais vu cet homme", assure à BFMTV.com Mohammed Karabila. Toujours pour preuve, il en veut son séjour en prison à Fleury-Mérogis, de mai 2015 à mars 2016, pour avoir tenté de rejoindre la Syrie à deux reprises. C'est d'ailleurs dans l'établissement pénitencier qu'il aurait rencontré son mentor. 

"En prison avec mon cheikh, il m'a donné des idées", assure-t-il dans un enregistrement avant de se réjouir que ces "idées" aient été utilisées par d'autres de leurs "frères", d'abord au Bataclan puis à Nice. Lors de ce séjour à Fleury-Mérogis, il assure avoir suivi des cours avec son "guide spirituel" et "d'autres frères". Jusqu'à lui-même élaborer des scénarios et les transmettre au plus grand nombre.

Un attentat prémédité

En réponse à la question "Plutôt hijra (émigration, Ndlr) ou attentat", Adel Kermiche préconise la deuxième option: "Si tu veux aller au Shâm (départ pour rejoindre l'Etat islamique, Ndlr), c'est assez compliqué vu que les frontières sont fermées. Autant attaquer ici". Avant d'établir un plan d'attaque, assurant qu'il est très facile de se procurer une arme. 

"Tu prends un couteau, tu vas dans une église, tu fais un carnage, bim. Tu tranches deux ou trois têtes et c'est bon c'est fini", écrit Adel Kermiche.

Un message envoyé le 19 juillet. Le 26 juillet, il appliquait son scénario macabre, tuant le père Jacques Hamel, avant d'être abattu par la Brigade de recherche et d'intervention (BRI).

J.C.