BFMTV

Clip anti-jihad: le témoignage poignant des parents

Véronique a vu son fils partir en Syrie, elle témoigne dans l'un des quatre clips.

Véronique a vu son fils partir en Syrie, elle témoigne dans l'un des quatre clips. - Capture d'écran Stop-jihadisme.gouv.fr

Dans ces quatre clips, des familles de jeunes partis faire le jihad témoignent de leur douleur. Les spots seront diffusés gratuitement pendant un mois par une vingtaine de médias.

Quatre familles ordinaires. Véronique, Baptiste et Saliha ont chacun un enfant parti faire le jihad en Syrie. Jonathan, lui, a une soeur de 17 ans, qui elle aussi a fui le pays. Face caméra, la voix brisée par l'émotion, ils disent leur incompréhension et leurs souffrances. 

Le gouvernement lance mercredi une série de quatre spots télévisés dans lesquels quatre familles concernées témoignent pour sensibiliser l'opinion sur le départ de jeunes Français partis faire le jihad en Syrie. Ces brefs témoignages on été recueillis par la productrice Fabienne Servan-Schreiber. Ils disent tous la douleur de ceux qui "n'ont pas compris" et "rien vu".

Le gouvernement veut "produire un contre-discours"

Ils renvoient au numéro vert de signalement des candidats au jihad, créé le 29 avril 2014 par le ministère de l'Intérieur pour les familles et proches de jeunes déjà partis en Syrie ou en Irak ou susceptibles de le faire. Cette plateforme a enregistré plus de 3.000 signalements, dont 23% concernent des mineurs parmi lesquels une majorité de jeunes filles.

Le gouvernement, a déclaré le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve lors de la présentation de cette campagne, entend "produire un contre-discours". Plus d'une vingtaine de médias et sites internet vont diffuser ces spots gratuitement pendant un mois: TF1, TV5 Monde, France Télévisions, Facebook, Dailymotion, la chaîne de cinéma UGC, Orange ainsi que des quotidiens ou hebdomadaires nationaux. Plusieurs responsables de chaînes de télévision, dont la nouvelle présidente de France Télévisions Delphine Ernotte, ont d'ailleurs participé à leur présentation place Beauvau.

La fille de Baptiste avait 17 ans quand elle est partie, emmenée par un ami dont elle avait fait la connaissance sur un site de rencontres et qui est devenu l'un des porte-parole du groupe jihadiste État islamique. "Elle pris un sac à dos, un chapeau et a disparu", dit-il face caméra, au bord des larmes. "Toute la terre nous est tombée dessus, on nous a volé notre enfant."

"C'est une torture, nous n'avons pas de réponse"

A Beauvau, sous les lambris de la salle des fêtes, Véronique s'est avancée au micro face aux officiels, les médias et d'autres familles dans la souffrance. Son fils Félix, âgé de 23 ans aujourd'hui, est parti en 2013 pour, a-t-il affirmé, "aider les gens". Elle raconte sa "conversion" puis son basculement dans un islam très rigoriste, les moments où il évoquait à tout bout de champ les "prophètes" en refusant de s'asseoir à la table familiale. "C'était péché", dit-elle. "Nous avons essayé de lui dire que l'islam ce n'est pas cela, on pensait qu'il allait évoluer vers une pratique plus douce, des imams lui ont tendu la main", raconte-t-elle. En vain. "C'est une torture, nous n'avons pas de réponse, on a été pris de court", ajoute Véronique.

"Au début on n'en parle pas, c'est tabou, on a un peu honte, c'est comme une maladie honteuse", raconte-t-elle au micro de BFMTV. "Libérer la parole, ça soulage, et ça montre que l'on doit être regardé différemment, que ça sert à rien de nous renvoyer de la culpabilité. Ce sont des enfants normaux et cela peut arriver à tout le monde". 

"Combattre l'embrigadement"

Un autre parent dont la soeur est partie a témoigné de son combat pour la retrouver en Syrie. Il rapporte s'être entendu dire: "Tu n'as qu'à égorger trois policiers" en France, "on te ramène ta soeur". Charline, 20 ans, s'est mariée en France à un islamiste qu'elle décrit comme radical. Après s'en être sortie, elle parle de sa vie d'avant avec lui comme d'une "secte". Elle veut protéger leur enfant de deux ans pour, soutient-elle, lui éviter le "départ" avec le père. Et réclame donc une interdiction de sortie du territoire français pour lui.

Outre ces spots, le gouvernement, selon la secrétaire d'État à la Famille Laurence Rossignol, entend aussi créer "un réseau d'entraide psychologique parental" afin "de combattre l'embrigadement". Pour le gouvernement c'est une "nouvelle initiative sur le terrain de la prévention". Les spots doivent être mis en ligne dans la journée sur le site www.stop-djihadisme.gouv.fr.

A. K et A. S. avec AFP