BFMTV

Cellule démantelée à Torcy: le point sur l'enquête six mois après

Interpellations à Torcy, en Seine-et-Marne, le 10 octobre dernier.

Interpellations à Torcy, en Seine-et-Marne, le 10 octobre dernier. - -

Six mois après le démantèlement d'une cellule terroriste à Cannes, Nice et Torcy, BFMTV fait le point sur les éléments recueillis par les enquêteurs.

"C'est le groupe le plus dangereux depuis les attentats de 1995". C'est par ces mots que François Molins, le procureur de la République de Paris, désignait, en octobre dernier, une cellule terroriste démantelée à Cannes, Strasbourg et Torcy. Six mois après, dix personnes soupçonnées d'avoir planifiées des attentats sont mises en examen.

Parmi celles-ci, sept sont écrouées et trois ont été remises en liberté et placées sous contrôle judiciaire. Parmi elles, Yann Saku, un ancien espoir du football et Michaël Amsellem, un jeune juif converti à l'islam. Libérés au grand dam du parquet de Paris, qui estime cette décision prématurée.

Expertises ADN en cours

A l'heure actuelle, la justice attend toujours les résultats des expertises ADN des objets saisis dans un box à Torcy. Dans ce parking souterrain, les policiers avaient trouvé des produits servant à fabriquer des explosifs: soufre, salpêtre, ampoule de phares, et un sac à dos renfermant un engin explosif artisanal prêt à l'emploi.

Les résultats de ces analyses sont précieux, puisqu'ils doivent permettre de déterminer qui a manipulé ces éléments.

A la recherche du lanceur de grenade

Le groupe démantelé est en outre soupçonné d'avoir lancé une grenade sur une épicerie casher à Sarcelles, un mois avant son interpellation. L'attaque avait fait un blessé.

Dans cette affaire, les enquêteurs pensent avoir arrêté ceux qui ont fourni la grenade, mais pas forcément ceux qui l'ont lancée.

Enfin, deux membres présumés de ce groupe sont partis combattre en Syrie, et n'ont jamais réapparu depuis.

M. T. avec Cécile Ollivier