BFMTV

Attaque du Thalys: la compagnie préconise de mieux former les agents aux situations extrêmes

Des agents de police devant un train Thalys (photo d'illustration).

Des agents de police devant un train Thalys (photo d'illustration). - Philippe Huguen - AFP

Thalys vient de publier un rapport interne dans lequel elle revient sur la gestion de l'attaque dans le train en août dernier, et propose des pistes d'amélioration.

L'attaque du Thalys aurait pu se terminer dans un bain de sang. Elle avait été évitée in extremis grâce au courage de plusieurs passagers qui avaient bondi sur Ayoub El Khazzani, lourdement armé. Les agents ferroviaires, eux, avaient été relativement critiqués, notamment par l'acteur Jean-Hugues Anglade qui leur avait reproché leur passivité.

Des remarques entendues par la compagnie ferroviaire. Dans un rapport interne rendu public ce vendredi, Thalys admet quelques fragilités révélées par l'attentat déjoué, et propose des mesures d'amélioration de ses services. Elle insiste d'abord sur la formation des agents à la gestion de la panique dans des situations de danger, mais également sur la formation du personnel non-roulant, pour pouvoir agir dans le cadre de déplacements privés.

En cas d’incident grave, les conducteurs devront être formés encore plus précisément aux itinéraires de contournement des lignes classiques. Thalys préparera des scénarios de détournement et d’évacuation. Le personnel devra ainsi suivre un mode opératoire sur les situations d’urgence. Les agents devront pouvoir contacter directement le conducteur afin de l’informer au plus vite d’un problème à bord. D’autre part, les numéros des secours des quatre pays traversés par le Thalys seront affichés à bord du train.

"Pas question de devenir des Superman"

"On voit bien qu'il y a une recrudescence de faits divers de plus en plus graves, et une formation de gestion du stress, voire même d'interpellation d'individus dangereux, me semble nécessaire", explique à BFMTV Régis Dubois, consultant et formateur en sûreté-sécurité.

Actuellement, les agents sont notamment formés pour intervenir dans des bagarres à bord ou pour répondre à des agressions verbales. Conscients des nouvelles menaces, les syndicats de cheminots ne sont pas contre de nouveaux apprentissages, mais ils refusent majoritairement de faire le travail des forces de l’ordre.

"Nos agents sont là pour assurer du service aux voyageurs, mais il n'est pas question qu'on les forme pour devenir des Superman ou des vigiles", s'indigne Didier Aubert, secrétaire général CFDT Cheminots. Les personnels espèrent surtout un renforcement de la prévention avant tout trajet, avec la mise en place du billet nominatif ou encore le contrôle ponctuel des bagages.

A. G. avec Alexis Cuvillier