BFMTV

Affaire Mohamed Merah : L’opposition politique charge la DCRI

-

- - -

Les critiques s’abattent sur la DCRI suite au traitement de l’affaire Mohamed Merah. Tous les candidats y vont de leur proposition : démission, réforme… et soulèvent des ''dysfonctionnements'' dans les services de l’antenne des renseignements.

Eva Joly est la plus immédiate et la plus sévère, réclamant tout bonnement la démission de Bernard Squarcini, le directeur central du renseignement intérieur et proche de Nicolas Sarkozy : ''comment est-ce possible qu’il reste en poste ? ''

La DCRI est le fruit de la fusion entre la DST et les Renseignements Généraux. Créée en 2008 par Nicolas Sarkozy, cette fusion peut-être la source d’un dysfonctionnement pour le PS : ''il apparaitrait qu’il y a moins de suivi […] de repérer les individus dangereux par leurs comportements, leurs actes ou leurs propos''.

François Bayrou s’interroge sur la ''défaillance'' de la DCRI qui n’a pas surveillé Mohamed Merah plus étroitement après son retour du Pakistan.

L’opposition voit dans la polémique autour de la DCRI une opportunité de battre Nicolas Sarkozy sur son terrain : celui de la sécurité.