BFMTV

13-Novembre: les lettres "testament" de Salah Abdeslam à sa famille

Les lettres ont été découvertes dans une planque occupée pendant sa cavale par Salah Abdeslam.

Les lettres ont été découvertes dans une planque occupée pendant sa cavale par Salah Abdeslam. - Bruno Fahy - AFP

Les enquêteurs belges ont retrouvé dans l'une des planques occupées par le terroriste pendant sa cavale en Belgique trois lettres adressées à sa mère, sa sœur et sa fiancée. Elles ont été transmises à la justice française, selon Le Point.

C'est dans un français approximatif et bourré de fautes d'orthographe que Salah Abdeslam s'exprime dans trois lettres écrites après, semble-t-il, les attentats du 13 novembre 2015. Adressés à sa mère, sa sœur et sa fiancée, ces courriers ont été retrouvés dans une planque occupée par l'unique survivant des commandos des attentats de Paris lors de sa cavale en Belgique. Ils viennent d'être versés au dossier instruit par la justice française, révèle Le Point.

Les mots choisis par Salah Abdeslam, dont la ceinture explosive n'a pas été actionnée, sont ceux que les enquêteurs ont pris l'habitude de lire dans les testaments laissés par les jihadistes. Muet à chaque convocation devant les juges français, le terroriste présumé justifie sa participation au projet téléguidé par Daesh et visant la France. En revanche, il n'explique pas pourquoi il n'est pas allé jusqu'au bout de son engagement. "Sache que tes 2 enfants ont combattuent POUR ALLAH (sic)", écrit-il notamment à sa mère.

"Peuple mécréant"

Salah Abdeslam parle - beaucoup - des cibles visées par ces attentats: les "koffar" (les mécréants, NDLR). "Sache que nous avons seulement terrorisé le peuple mécréant car la France est un pays qui combat l'Islam et cela depuis bien longtemps", assure-t-il à sa "petite sœur bien-aimée". Selon les mots écrits par le terroriste présumé, son action est justifiée par les "massacres" de "nos frères, nos sœurs, nos enfants (…)"

"Ils ont tué des milliers de personnes, ils font vivre la terreur chaque jour dans les pays musulmans (...). Je me suis investi dans le sentier d'Allah car je l'aime lui, ainsi que son prophète et il passe avant tous", confie-t-il à sa fiancée.

Le terroriste présumé, qui demande pardon, livre aussi ses conseils à sa famille. "Eloigne toi des péchés et rapproche toi du seigneur afin qu'il te recompense, indique-t-il à sa soeur. J'aimerai que vous émigré dans un pays musulman var (car, NDLR) cela est meilleur pour vous." A sa fiancée, il écrit vouloir qu'"Allah verse sur (elle) la patience et l'endurance afin que (elle) aussi surmonte cette épreuve difficile". Mais surtout, il demande à sa sœur et à sa compagne de "prendre soin" et de "remonter le MORAL" de ses parents.

"Vie de sacrifice"

A la lecture de ces lettres, il parait vraisemblable que Salah Abdeslam était prêt à aller jusqu'au bout. "Ce n'est pas une trahison mais un choix que j'ai fait car cette douania est une vie de sacrifice pour obtenir la satisfaction du seigneur de l'univers", assure-t-il à sa fiancée. "Je me serais senti lâche de faire ma vie comme se de rien n'étais." Il poursuit: "Prie Allah pour qu'il m'accepte, tu es pour moi ma femme et j'espère qu'Allah nous unira dans l'autre monde par sa permission inshallah dans une vie eternel."

Abdeslam s'attaque ensuite à ses "frères" musulmans: "J'ai même vue des bougie allumé à notre balcon en signe de solidarité pour ces koffar alors que des milliers de musulmans ont été tués et là y a pas de réaction. Wallah que j'ai honte. Réfléchissé mes frères."

Les enquêteurs estiment que ces courriers ont été écrits par Salah Abdeslam. Le 15 mars 2016, alors que le terroriste présumé fait figure d'ennemi numéro 1, une perquisition s'est dérouleé à Forest, dans la banlieue bruxelloise. Les policiers sont accueillis par des rafales de tirs. Deux hommes parviennent à quitter le logement par les toits. Lors de l'assaut, un homme est tué: il s'agit de Mohamed Belkaïd, l'un des coordinateurs des attentats de Paris. Des traces ADN et des empreintes génétiques appartenant à Salah Abdeslam sont retrouvées dans l'appartement.

J.C.