BFMTV

13-Novembre: le programme des commémorations

Deux ans après les attaques de Paris et de Saint-Denis dans lesquelles 130 personnes ont été tuées, la France va leur rendre hommage. Emmanuel Macron participera à cette cérémonie souhaitée intime par les familles des victimes.

Sobriété et intimité. Comme l'an dernier, les familles des victimes des attentats du 13 novembre ont souhaité rendre un hommage discret à leurs morts tombés sous les balles de commandos terroristes alors qu'ils étaient sur des terrasses de cafés ou dans une salle de concert. Comme l'an dernier, il n'y aura pas d'hommage national rendu aux 130 personnes tuées ce 13 novembre 2015. Des cérémonies qui se dérouleront selon le même programme que l'an dernier.

"Si ces cérémonies d’hommage sont en premier lieu destinées aux proches, vous pourrez également vous recueillir à proximité des lieux", indique l'association Fraternité et Vérité sur son compte Facebook à l'attention des Parisiens ou citoyens voulant venir se recueillir.

Hommage sur tous les lieux frappés par les attentats

Ce lundi 13 novembre, le président de la République, Emmanuel Macron, son prédécesseur, François Hollande, et la maire de Paris, Anne Hidalgo, rendront un hommage aux différentes victimes des attaques jihadistes. Ces commémorations débuteront à partir de 9 heures sur le parvis du Stade de France là où à 21h20 ce jour tragique de 2015 le premier kamikaze a déclenché sa ceinture d'explosifs. Outre le terroriste, Manuel Dias, un homme de 63 ans, a perdu la vie.

"Il savait respecter l’identité de chacun. Pour lui la France était le dénominateur qui nous était commun", confiait l'an dernier son fils "orphelin du terrorisme".

Les hommages se poursuivront ensuite au croisement des rues Bichat et Alibert, dans le Xe arrondissement de Paris. Le 13 novembre 2015, à 21h25, un commando armé de Kalashnikov ont ouvert le feu sur les personnes profitant de leur soirée sur les terrasses du Carillon et du Petit Cambodge faisant 15 victimes. Puis se sera au tour de rendre hommage aux cinq victimes du bar la Bonne Bière, du Comptoir Voltaire, aux 19 personnes tuées à La Belle Équipe. Cette journée de commémorations s'achèvera pour le cortège officiel au Bataclan où 90 personnes ont perdu la vie ce soir-là après l'irruption d'un autre commando armé dans la salle de spectacle en plein concert des Eagles of Death Metal.

Boycott de certaines victimes

A chaque endroit frappé par les attentats, le président de la République, qui ne prendra pas la parole, l'ancien chef de l'Etat et la maire de Paris déposeront une gerbe de fleurs sur les lieux. Avant les noms de toutes les victimes seront lus. Une minute de silence sera également observée puis les personnalités officielles se recueilleront auprès des familles des 130 victimes. L'association 13 novembre: Fraternité et Vérité a décidé d'organiser ensuite "un temps privé de rassemblement et de partage" avec ses adhérents. Life for Paris, une autre association de victimes, rendra hommage aux victimes devant la mairie du XIe arrondissement. 

"On programme a été pensé en adéquation avec les valeurs défendues par l’association depuis sa création, au début du mois de décembre 2015 : la solidarité, l’entraide, le partage et la réparation des vivants", expliquent les organisateurs sur leur page Facebook.

Plusieurs rescapés et familles de victimes ont décidé de ne pas s'associer à ces hommages, expliquant se sentir "abandonnés" par l'Etat. "Ce n'est pas parce qu'ils vont s'arrêter dix minutes devant la plaque de Chloé que je vais aller mieux, confie Elisabeth Boissinot, qui a perdu sa fille tuée sur la terrasse du Carillon. Moi ce que je veux ce sont des faits concrets. Qu'ils avancent, qu’ils reconnaissent leurs torts, qu’ils reconnaissent qu’il y a des choses qu’ils ne savent pas faire, ou qu’ils n'ont pas faites". Le fils de Manuel Dias, unique victime du Stade de France, reproche quant à lui la suppression du secrétariat d'Etat d'Aide aux Victimes.

Justine Chevalier