BFMTV

Stains: le syndicat Alliance renonce à manifester devant la fresque contre les violences policières

Le syndicat de police Alliance 93 comptait manifester ce lundi à Stains, en Seine-Saint-Denis, devant une fresque représentant Adama Traoré et George Floyd et dénonçant les violences policières. Les fonctionnaires se rassembleront finalement à Bobigny.

La mobilisation de policiers initialement prévue devant une fresque inaugurée récemment à Stains "contre le racisme et les violences policières", représentant les visages d'Adama Traoré et George Floyd, se tiendra finalement à Bobigny, a annoncé lundi le syndicat Alliance. Il aura lieu à 16 heures "sur le parvis de la préfecture" de la Seine-Saint-Denis. Un appel à la mobilisation avait d'abord été donné devant la fresque, réalisée par un collectif d'artistes locaux et inaugurée jeudi en présence du maire (PCF) de Stains, Azzédine Taïbi.

Elle représente, sur un fond bleu agrémenté de nuages, les visages côte à côte de George Floyd, mort lors de son interpellation aux Etats-Unis et d'Adama Traoré, jeune homme noir mort en juillet 2016 après son interpellation par les gendarmes à Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise). Une phrase les surplombe: "Contre le racisme et les violences policières."

Il s'agit d'une "ultime provocation par un élu de la République qui stigmatise les policiers", avait dénoncé le syndicat sur les réseaux sociaux, demandant que "la phrase soit repeinte".

En réponse, le comité Adama avait lui aussi appelé à se rendre sur les lieux. "Effacer mon frère, recouvrir son visage, c'est nier son existence. (...) C'est profaner nos morts", s'était insurgée dimanche, dans une vidéo en ligne, Assa Traoré, la soeur d'Adama également présente à l'inauguration.

Le rassemblement du syndicat devant la fresque faisait craindre "une menace à l'ordre public", s'était inquiété dimanche Azzédine Taïbi, maire de Stains. "Cette fresque est une expression artistique et pacifiste, en soutien et hommage à toutes les victimes de l'injustice", a-t-il affirmé, estimant qu'il fallait "dénoncer les comportements inadmissibles de certains policiers qui outrepassent leurs droits."

Juliette Mitoyen avec AFP Journaliste BFM Régions