BFMTV

Servier connaissait les risques du Mediator

Un rapport commandé par le laboratoire Servier, qui fabriquait le Mediator, a établi en octobre 2009 un lien entre le médicament et l'apparition de valvulopathies, écrit Le Figaro sur son site internet. "Cela fait partie des études qui ont permis de retir

Un rapport commandé par le laboratoire Servier, qui fabriquait le Mediator, a établi en octobre 2009 un lien entre le médicament et l'apparition de valvulopathies, écrit Le Figaro sur son site internet. "Cela fait partie des études qui ont permis de retir - -

Un rapport commandé par le laboratoire Servier lui-même, fabricant du Mediator, a établi en octobre 2009 un lien entre le médicament et un danger de mort potentiel. Pourtant, le laboratoire n'a pris aucune mesure.

Un rapport commandé par le laboratoire Servier, qui fabriquait le Mediator, a établi en octobre 2009 un lien entre le médicament et l'apparition de valvulopathies, une maladie cardiaque grave pouvant entraîner la mort, écrit jeudi Le Figaro.

Le Mediator, un antidiabétique souvent prescrit comme coupe-faim, a été interdit en France quelques semaines plus tard, en novembre 2009, longtemps après son retrait dans d'autres pays occidentaux. Ce médicament a été utilisé par environ cinq millions de patients en France. Il serait responsable de 500 à 2.000 décès, selon les études.

Le Figaro dit s'être procuré un rapport commandé par Servier en juillet 2009 à un cardiologue, le Pr Bernard Iung, de l'hôpital Bichat à Paris.

Malgré les conclusions du rapport, Servier n'a pas demandé le retrait

«Cela fait partie des études qui ont permis de retirer le médicament du marché», a confirmé sur Fabienne Bartoli, directrice adjointe de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), sur Canal+.«Le 5 octobre 2009, (le Pr Iung) remet ses conclusions au laboratoire», écrit Le Figaro. «Elles sont sans appel et concluent qu'il existe bien un lien de cause à effet entre la prise de Mediator et les atteintes valvulaires».

«Or, une fois reçues ces conclusions, le laboratoire ne demande pas la suspension de la commercialisation de son médicament comme il en a pourtant la possibilité», poursuit l'article. Le Pr Iung a étudié 45 cas de valvulopathies chez des patients traités par Benfluorex, la molécule du Mediator, qui lui ont été transmis par le laboratoire Servier. «Sur les 17 cas de valvulopathies opérées, le Pr Iung conclut que 12 sont 'évocateurs d'une valvulopathie médicamenteuse liée au benfluorex», souligne le quotidien.

Servier a demandé au cardiologue de s'exprimer devant l'Afssaps le 23 octobre 2009. Devant la commission d'autorisation de mise sur le marché, il a défendu les propositions de modification du Mediator «pour prendre en compte ce risque de valvulopathie», selon Le Figaro. Faute de quorum, la commission ne peut alors pas se prononcer mais vote trois semaines plus tard le retrait du Mediator.

Le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, a parlé en décembre de «graves défaillances» dans le système sanitaire sur le Mediator, l'Agence du médicament, devenue Afssaps, ayant alerté sur les dangers de ce médicament. Un rapport demandé à l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) doit être rendu le 15 janvier.