BFMTV

Saint-Jean-de-Luz: un TER percute 4 personnes qui se trouvaient sur les voies, 3 morts

Un train a mortellement percuté trois personnes qui se trouvaient sur les voies tôt ce mardi matin, sur la commune de Ciboure, près de Saint-Jean-de-Luz. Une quatrième personne se trouve en urgence absolue.

Un TER a mortellement percuté trois personnes qui se trouvaient sur les voies vers 5h30 ce mardi matin à Ciboure, à la sortie de Saint-Jean-de-Luz, dans les Pyrénées-Atlantiques, a appris BFMTV de la SNCF, confirmant une information de RTL.

Une quatrième personne se trouve en urgence absolue. Il s'agit d'un homme âgé de 28 ans, selon ce qu'il a indiqué aux secours. Il a été gravement touché aux membres inférieurs et à l'abdomen et souffre d'une fracture du bassin. Pris en charge par une équipe du Samu sur place, il avait fait l'objet de premiers soins de la part des policiers, qui avaient stoppé l'hémorragie. Il a depuis été transporté au centre hospitalier de Bayonne et son pronostic vital est engagé.

Les faits se sont déroulés à Ciboure, près de Saint-Jean-de-Luz.
Les faits se sont déroulés à Ciboure, près de Saint-Jean-de-Luz. © BFMTV

L'identification des victimes en cours

Selon une source policière à BFMTV, les quatre personnes étaient allongées sur les voies au moment où elles ont été percutées par le train. Un travail d'identification des victimes, qui sont majeures, est en cours mais selon le maire de Ciboure, Eneko Aldana-Douat, "il s'agirait de migrants qui dormaient ou étaient allongés" sur les voies ferrées.

"On sait qu'on est dans un axe de transit de migrants, on a beaucoup de passage de migrants, que ce soit sur les voies ferrées et les bas-côtés des autoroutes", a-t-il expliqué sur BFMTV.

L'accident n'a pas fait de blessés à bord du train mais les passagers, choqués, ont été pris en charge, selon la SNCF.

Le parquet tiendra une conférence de presse dans l'après-midi. La sécurité publique et la police judiciaire se sont co-saisies de l'enquête. Le trafic des trains été interrompu et a repris progressivement depuis 8h15.

L'Espagne est l'une des principales portes d'entrée en Europe pour les migrants, avec 16.586 entrées irrégulières sur les sept premiers mois de l'année, près de 50% de plus qu'à la même période de l'an dernier, selon les chiffres publiés en août par le ministère espagnol de l'Intérieur. Le Pays Basque est l'un des importants points de passage, théâtre régulier de drames comme en août la mort d'un migrant qui tentait de traverser le fleuve frontière Bidassoa pour passer en France.

Gaëtane Meslin et Mélanie Bertrand, avec A.S.