BFMTV

Redoine Faïd a demandé à décaler son parloir la veille de son évasion

Des agents de la police scientifique travaillent sur le site où a été retrouvé, incendié, l'hélicoptère utilisé dans l'évasion de Rédoine Faïd le 1er juillet 2018.

Des agents de la police scientifique travaillent sur le site où a été retrouvé, incendié, l'hélicoptère utilisé dans l'évasion de Rédoine Faïd le 1er juillet 2018. - Geoffroy Van Der Hasselt - AFP

L'avocate de Brahim Faïd, qui rendait visite à son frère au moment de son évasion, affirme à BFMTV que le détenu a décalé son parloir au dernier moment.

Certains détails dans l'évasion de Rédoine Faïd de la prison de Réau (Seine-et-Marne) dimanche semblent avoir été réglés à la dernière minute. L'avocate de son frère Brahim Faïd a expliqué à BFMTV que le détenu avait demandé samedi de décaler son parloir de dimanche après-midi à dimanche matin. 

C'est d'ordinaire le rôle de Leïla, leur soeur, de programmer les parloirs de Rédoine Faïd au centre pénitentiaire. Cette semaine-là, plusieurs séances étaient prévues samedi et dimanche. 

Brahim Faïd a expliqué en garde à vue que lorsqu'il a vu son frère une première fois samedi, celui-ci lui a demandé de décaler le parloir du lendemain de l'après-midi au matin, afin de ne pas manquer le match de football a-t-il affirmé. 

Un surveillant puis un gradé se sont présentés aux deux hommes, puis ont accepté le changement, a rapporté l'avocate à BFMTV. Redoine Faïd a ensuite téléphoné à sa soeur pour l'en informer. 

C'est précisément lors de ce parloir du dimanche matin que le détenu s'est échappé en hélicoptère, à l'aide de trois complices. Deux hommes armés ont fait irruption dans la salle alors que Redoine Faïd s'entretenait avec son frère. Ce dernier a été placé en garde à vue, avant d'être remis en liberté lundi

L.A., avec Mélanie Vecchio