BFMTV

Quel dispositif de sécurité pour sécuriser Biarritz lors du sommet du G7?

Quel dispositif pour sécuriser Biarritz lors du G7?

Quel dispositif pour sécuriser Biarritz lors du G7? - AFP

La ville de Biarritz se prépare à accueillir à partir du 24 août le sommet du G7 en présence notamment d'Emmanuel Macron, Donald Trump ou Boris Johnson. La sécurité sera maximale dans la ville mais aussi à Hendaye ou Bayonne.

Les autorités ont déjà prévenu que le dispositif de sécurité prévu pour le sommet du G7 à Biarritz sera "extrêmement lourd" et "inédit". La vigilance sera maximale à Biarritz, qui accueille du 24 au 26 août les chefs d'Etat des sept pays les plus industrialisés, les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, le Japon, l'Allemagne et le Canada. Une surveillance qui sera également accrue à Bayonne et Hendaye alors que des appels aux rassemblements ont déjà été lancés dans ces deux villes.

Pour l’heure, on ne connait pas encore le nombre de policiers et gendarmes qui seront déployés, mais on sait que différents services de police vont être mobilisés pour l'événement. Déjà, la sécurité des sept chefs d'Etat présents à Biarritz sera assurée par le SDLP, le service de la protection. Ces policiers spécialisés sont en lien avec les services de sécurité étrangers présents pour protéger leur propre dirigeant. Les unités spéciales comme le Raid ou le GIGN vont être également mobilisées.

Plusieurs milliers d'éléments radicaux

Par ailleurs, pour faire face à la présence éventuelle de manifestants violents, selon nos informations, les Brav, les Brigades de répression de l'action violente, vont être impliquées dans le dispositif de sécurité. Ces brigades, composées d'environ 50 policiers issus des BAC et des compagnies d'intervention, avaient été mises en place pour la première fois lors du mouvement des gilets jaunes. L'objectif, c'est qu'elles puissent intervenir rapidement en cas de violences, interpeller et disperser les manifestants.

Plusieurs milliers d'éléments radicaux pourraient venir à Biarritz pour perturber la tenue du sommet. Des altermondialistes, des black blocs, des gilets jaunes radicaux, éventuellement des indépendantistes basques dont la venue est surveillée par les services de renseignement. 12.000 personnes sont d'ailleurs attendues à Hendaye le dimanche 25 août pour une "occupation des places publiques" dans sept communes limitrophes de Biarritz.

Arrêtés d'interdiction de paraître

Plusieurs dizaines d'arrêtés préfectoraux d'interdiction de paraître à Biarritz ont été pris à l'encontre de personnes déjà connues des services de renseignement français ou étrangers pour s'être déjà livrés à des violences lors d'événements type G7 ou G8.

Pour empêcher la venue de manifestants violents, la surveillance va donc être renforcée dans les gares et les gares routières. La gare et l’aéroport de Biarritz seront fermés le temps du sommet. Et les contrôles aux frontières avec l'Espagne seront également renforcés. Enfin, les services de renseignement travaillent aussi sur la menace terroriste qui subsiste en France.

Il y aura donc ce dispositif terrestre mais aussi un dispositif aérien et maritime avec le renfort des forces armées. L’armée de l’air surveillera notamment l’espace aérien.

Cécile Ollivier avec Justine Chevalier