BFMTV

Affaire des "primes de cabinet": Claude Guéant incarcéré à la prison de la Santé

L'ancien ministre de l'Intérieur Claude Guéant a été incarcéré à la prison de la santé à Paris ce lundi matin. En 2017, il avait été condamné à un an de prison ferme dans l'affaire dite des primes de cabinet.

Claude Guéant a été incarcéré ce lundi matin à la prison de la Santé à Paris, a appris BFMTV de source policière, confirmant les informations de LCI. Cet emprisonnement est lié à l'affaire dite des "primes de cabinet" dans laquelle l'ancien ministre a été condamné à deux ans de prison dont un an ferme.

Cette affaire remonte au début des années 2000 quand Nicolas Sarkozy était alors ministre de l'Intérieur et Claude Guéant son directeur de cabinet. A l'époque, plusieurs membres de ce cabinet se sont versés chaque mois des primes en liquide, des primes prélevées sur une enveloppe destinée aux frais d'enquête et de surveillance (FES) des policiers.

Condamné à deux ans de prison

La justice reproche à Claude Guéant de s'être versé chaque mois 5.000 euros alors qu'il était à la tête du cabinet à Beauvau entre 2002 et 2004. En janvier 2017, l'ancien ministre a été condamné à deux ans de prison, dont un an ferme. Cette condamnation était devenue définitive en 2019 quand la Cour de cassation a rejeté le pourvoi formulé par Claude Guéant.

Claude Guéant avait alors bénéficié d'un placement en liberté conditionnelle, notamment en raison de son âge. Depuis sa condamnation, il versait chaque mois 3.000 euros afin de payer son amende et les dommages et intérêts. L'ancien ministre a, selon les informations de BFMTV, remboursé 36% de sa dette qui s'élève à environ 190.000 euros.

Un remboursement de dettes insuffisant

Le 9 novembre dernier, la chambre d'application des peines de la cour d'appel de Paris a toutefois révoqué son sursis. Après une enquête, la juridiction a estimé que Claude Guéant aurait pu rembourser davantage, et ce grâce à notamment à plusieurs rentres d'argent liées à la vente d'or, d'une montre et après avoir récupéré des fonds sur une assurance vie.

"Le parquet a considéré qu'il ne remboursait pas assez alors que Claude Guéant a justifié qu'il n'avait pas d'autres sommes d'argent que sa retraite", a défendu sur BFMTV Me Philippe Bouchez El Ghozi, estimant à 5.500 euros la retraite de l'ancien ministre.

L'avocat de l'ancien ministre a fait savoir sa préoccupation quant à cette incarcération pour une période de neuf mois. "C'est quelqu'un qui va avoir 77 ans dans un mois, quelqu'un qui est dans une situation médicale extrêmement fragilisée", a insisté Me Bouchez El Ghozi, qui a précisé qu'il allait saisir un juge d'application des peines afin de demander un aménagement de la peine de Claude Guéant.

Justine Chevalier