BFMTV

Paris: un réseau mafieux d'enfouissement de déchets démantelé

Villeparisis, à 20 km au nord-est de Paris: l'un des sites où des déchets étaient illégalement enterrés par la société RTR Environnement.

Villeparisis, à 20 km au nord-est de Paris: l'un des sites où des déchets étaient illégalement enterrés par la société RTR Environnement. - -

Leurs méthodes étaient dignes de la mafia napolitaine: des monceaux de déchets toxiques ont été enfouis en Seine-et-Marne. Plusieurs figures du grand banditisme ont été arrêtées cette semaine.

Ils avaient pour inspiration la Camorra, la puissante mafia napolitaine, mais leur terrain d'action couvrait l'Île-de-France. Un réseau d'enfouissement illégal de déchets toxiques a été démantelé et ses responsables présumés, figures de la pègre, ont été mis en examen et écroués vendredi matin.

Enfouis à 20 km de Paris

La loi oblige les entreprises de BTP à faire recycler leurs déchets dangereux. Une sous-traitance coûteuse. Les malfaiteurs leur proposaient donc de s'en charger à des prix cassés. Mais au lieu de les décontaminer, ils enfouissaient ces résidus, parfois contaminés par de l'amiante, sur des terres agricoles de la Plaine de France, à 20 km au nord-est de Paris.

Des agriculteurs étaient menacés ou victime de chantage. Ils étaient forcés de laisser les malfaiteurs creuser leurs terres pour y enfouir leurs déchets non-recyclables. Un agricultueur de Villeparisis, en Seine-et-Marne, devait ainsi être mis en examen pour leur avoir livré plusieurs hectares de terres situées en zone inondable.

Inspiration napolitaine

En tout, douze personnes ont été interpellées, cinq d'entre elles déférées, et trois déjà mises en examen: Jean-Claude Hornec, figure du grand banditisme parisien, son fils Loune et le gérant de la société RTR groupe Environnement, qui se chargeait de la besogne pour le compte du clan Hornec.

Ainsi, RTP groupe Environnement aurait déversé des dizaines de camions de déchets dans des bas-côtés de la Francilienne, à hauteur de Villeparisis. Au cours de perquisitions, les enquêteurs ont saisi environ 900.000 € de matériel dont un porte-char, une énorme remorque pour transporter les poids lourds et des bulldozers.

Des méthodes qui s'inspirent directement de celles employées depuis des années par la Camorra dans le sud de l'Italie. En Campanie, la mafia napolitaine avait pris le contrôle de la gestion des déchets. Pendant des années, des tonnes de détritus hautement toxiques ont été enterrées au mépris des habitants.

Coupés sport, palaces et casinos

L'enquête, qui a duré neuf mois, a également révélé que la société employait des proches de la famille Hornec, leur fournissant une couverture et un salaire sans contrepartie.

Ainsi, la société "louait aussi des voitures de sport, qui étaient utilisées par les Hornec", a précisé une source proche de l'enquête. Les suspects conduisaient des coupés Mercedes AMG, profitaient de nuits dans des palaces et réglaient des notes dans des cercles de jeu. Plusieurs mis en cause ont également passé des vacances en Corse, avec voyage en jet privé, le tout aux frais de la principale société cliente de RTR Environnement.

Les Hornec seraient tombés après un renseignement obtenu au sein du milieu du banditisme. Ce nom résonne familièrement dans le milieu de la pègre: Jean-Claude, 60 ans, et son frère Mario ont notamment été condamnés en mai 2010 dans une affaire de trafic de cocaïne.

Mathilde Tournier et avec AFP