BFMTV

Paris: des élèves du collège Montaigne sanctionnés après des attouchements

Cinq élèves âgés de 10 à 11 ans ont été sanctionnés par l’administration du collège Montaigne, à Paris, soupçonnés d’avoir "tripoté" des camarades de classe, à l’intérieur et à l’extérieur de l’établissement. Ils sont également accusés d’avoir visionné des vidéo pornographiques sur leur smartphones, dans la cour de récréation et pendant les cours.

La très chic cité scolaire Montaigne, à Paris, secouée par une affaire d’attouchements sexuels entre collégiens. Tout est parti d’une lettre, envoyée par une mère au proviseur de ce collège. Sa fille, scolarisée dans l’établissement, aurait subi des attouchements. Elle aurait été la cible de propos obscènes de la part de certains garçons et elle ne serait pas la seule.

Vidéos pornographiques

En cause, cinq collégiens âgés de 10 à 11 ans, scolarisés en sixième. Ils auraient commis ces attouchements sur des camarades de classe dans les toilettes de l’établissement. Ils regardaient également régulièrement des vidéos pornographiques sur leurs smartphones, sans que l’alerte ne soit donnée.

"Les faits se sont déroulés aussi bien à l’extérieur de la cité scolaire que dans la cour de récréation, et durant les cours, devant les professeurs. Et cela n’a été vu de personne", a assuré Dominique Caillard, présidente de la FCPE Montaigne à BFMTV.

Vallaud-Belkacem: "La direction a très bien réagi"

"L’administration a pris en main le problème dès qu’il a été remonté par les parents d’élèves et a procédé à des sanctions sur l’ensemble des élèves concernés ", a-t-elle précisé. Un conseil de discipline a été convoqué ce lundi. L’un des collégiens a été exclu temporairement, deux autres le seront définitivement au prochain écart de conduite. Enfin, les deux derniers élèves soupçonnés ont écopé de travaux d’intérêt pédagogique.

"La direction de l'établissement scolaire a très bien réagi. J'ai suivi avec attention le conseil de discipline et les sanctions" données, a jugé la ministre de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem. "Quand j'ai fait adopter le plan pour l'égalité entre les filles et les garçons à l'école, j'ai déjà alerté et j'ai entendu beaucoup de caricatures. (...) Vous pouvez constater à quel point c'est utile d'avoir à l'école les moyens de prévenir aux images pornographiques que les élèves peuvent voir circuler sur Internet", a-t-elle poursuivi.

C. P. avec Antoine Delcourt