BFMTV

Orléans: six mois de prison ferme pour avoir crié "vive la kalach"

Une jeune homme de 20 ans a été condamné à six mois de prison ferme pour avoir crié "Vive la kalach", jeudi dernier à Orléans, alors que la France subissait une série d'attaques terroristes. (Photo d'illustration)

Une jeune homme de 20 ans a été condamné à six mois de prison ferme pour avoir crié "Vive la kalach", jeudi dernier à Orléans, alors que la France subissait une série d'attaques terroristes. (Photo d'illustration) - Philippe Huguen - AFP

Alors que la France subissait de plein fouet une série d'attaques terroristes, un jeune homme de 20 ans a crié "vive la kalach" en direction de policiers en patrouille. Jugé en comparution immédiate, il vient d'écoper de six mois de prison ferme. Une condamnation similaire a également eu lieu à Toulon.

C'est un geste stupide qui a été fermement jugé. Un jeune de 20 ans a été condamné à six mois de prison ferme ce lundi par le tribunal correctionnel d'Orléans. Il lui a été reproché d'avoir crié "vive la kalach" en direction d'un groupe de policiers croisé dans un centre commercial de la ville jeudi dernier, jour de deuil national, et alors que la France était au plein milieu d'une série d'attaques terroristes.

Le parquet avait requis un an de prison ferme à son encontre.

Il imite le bruit de l'arme en public

Jeudi soir, quatre policiers en patrouille dans le centre commercial Place d'Arc à Orléans croisent un groupe de jeunes, lorsque l'un d'entre eux se met à hurler "Vive la Kalach!", puis imite le bruit de l'arme en mimant la gestuelle d'un combattant tirant une rafale.

Le jeune homme, âgé de 20 ans, est aussitôt appréhendé. Sur son sweat-shirt, le dessin imprimé d'une Kalachnikov. Dans sa poche, un couteau à cran d'arrêt.

Placé en détention par le juge des libertés au terme de sa garde à vue, le jeune homme a été jugé lundi en comparution immédiate. Sans revenus, si ce n'est ceux de petits boulots "au noir", le jeune homme, qui vit avec sa compagne enceinte et déjà mère d'un enfant, a expliqué au tribunal qu'il avait bu: "j'ai sorti ça comme ça et je m'en excuse", a-t-il lâché.

Un geste "stupide", "au-delà de la bêtise"

"C'est un geste stupide. On est au-delà de la bêtise!", a martelé le procureur de la République, Maud Gauthier, avant de requérir un an ferme contre le prévenu, plusieurs fois condamné par le passé. Maintenu en détention, le jeune homme devra verser 200 euros à chacun des quatre policiers, à titre de réparation du préjudice moral.

Une condamnation similaire à Toulon

Cette condamnation est intervenue de manière quasi-simultanée avec celle d'un autre homme, âgé lui de 27 ans, à Toulon. Ce dernier, habitant de la La-Valette-du-Var, a écopé d'un an de prison, dont trois mois ferme, pour apologie d'un acte terroriste sur Facebook.

"On a bien tapé, mettez la djellaba, on ne va pas se rendre, il y a d'autres frères à Marseille", affirmait-il notamment sur sa page Facebook, en annonçant d'autres attentats.

Le parquet avait requis "sans état d'état d'âme" une peine d'emprisonnement, soit un an de prison dont deux mois ferme avec mandat de dépôt. Le juge n'a pas prononcé de mandat de dépôt et le prévenu est ressorti libre, sa peine devant être aménagée.

"On se trompe d'exemple. (...) Il voulait faire de l'humour abject. On est dans l'humour, dans la provocation mais il n'avait pas l'intention de faire l'apologie du terrorisme", a plaidé Me Arnaud Lucien, l'avocat du prévenu.

Jé. M. avec AFP