BFMTV

"On l'a vue sombrer": une adolescente de 14 ans victime de harcèlement scolaire se suicide dans le Haut-Rhin

Dinah s'est pendue dans sa chambre début octobre. Pour sa famille, le harcèlement scolaire qu'elle subissait est à l'origine de ce geste de désespoir. Une enquête est ouverte pour le déterminer.

"On m'a enlevé une partie de moi." Depuis le 5 octobre, Rayan et sa famille pleurent la mort de Dinah, 14 ans, retrouvée pendue dans sa chambre à Kingersheim, dans le Haut-Rhin, selon une information de France Bleu Alsace, confirmée à BFMTV.com. D'après ses proches, l'adolescente s'est suicidée après avoir été poussée à bout par un groupe de harceleurs pendant près de deux ans.

"Ils la traitaient de 'sale arabe', 'sale lesbienne', 'sale métisse'. Ils avaient aussi créé un groupe sur Whatsapp avec elle et ils l'insultaient. Un jour, ma mère a pris son téléphone pour lui faire supprimer mais ils ont continué à lui envoyer des insultes par d'autres réseaux", nous explique le jeune homme de 21 ans, très proche de sa petite soeur.

Harcelée à l'école et chez elle

Ce harcèlement a commencé en 2019, alors que l'adolescente était en classe de 4è, dit-il.

"Ils la persécutaient à l'école et sur les réseaux sociaux. Ça la suivait partout", précise Rayan, qui dit avoir vu sa soeur "sombrer". "Elle était triste, elle se scarifiait."

Dinah s'est rapidement confiée à sa mère, laquelle a pris le problème très au sérieux. Des confrontations entre l'adolescente et les harceleurs qu'elle désignait ont eu lieu, mais pas de quoi mettre un terme à son calvaire.

Détresse

Pendant deux ans, les persécutions et les moqueries se poursuivent. Opprimée, Dinah tente une première fois de mettre fin à ses jours en mars 2021. Elle survit à son geste de désespoir et, en pleine détresse, essaie de gagner le coeur de ses harceleurs en leur envoyant une lettre dans laquelle elle leur propose de devenir amis. Leur réponse ne se fait pas attendre:

"La prochaine fois on espère que tu te rateras pas", écrivent-ils, rapporte Rayan.

Malgré ses déboires, Dinah arrive à rester à flot au niveau scolaire, elle décroche même son brevet avec la mention très bien, à l'été 2021. Son entrée en 2nde est un nouveau souffle pour l'adolescente, qui change d'établissement et quitte ainsi le groupe qui la martyrise. Toutefois, le réfectoire de la cantine dans lequel elle déjeune est commun à plusieurs lycées... Ce qui lui vaut de recroiser le chemin de ses bourreaux.

"Un jour, elle appelle ma mère pour lui dire que trois filles qui la harcelaient sont face à elle. A partir de ce moment-là, elle a resombré. C'était environ un mois avant son suicide", raconte Rayan.

Enquête en cours

Si pour la famille de la victime, le lien entre le harcèlement et le suicide ne fait aucun doute, pour la justice cet enchaînement doit encore être prouvé. Après la mort de Dinah, le parquet de Mulhouse a ouvert une enquête pour "recherche des causes de la mort", nous informe la procureure de la République, Edwige Roux-Morizot.

"Ses proches ont en effet évoqué un harcèlement scolaire dont elle aurait été victime, mais il ne s’agit pour le moment que d’une hypothèse. L’exploitation en cours de son téléphone et de son ordinateur permettra d’en savoir un peu plus", précise la magistrate.

Une marche blanche en hommage à Dinah aura lieu ce dimanche à Mulhouse. Après une période de deuil, la famille compte "attaquer" sur le plan judiciaire. "On va porter plainte contre X pour que la justice cherche à identifier les personnes responsables du harcèlement de ma soeur", insiste Rayan, qui souffle: "Ma soeur me manque."

Ambre Lepoivre Journaliste BFMTV