arago
 

Les mineurs interpellés mardi après l'occupation du lycée Arago ont passé pour certains deux jours en garde à vue, une situation qui a provoqué la colère de leurs parents. A gauche, Olivier Besancenot y voit une "tentative du gouvernement de faire taire tout le monde". 

Votre opinion

Postez un commentaire