BFMTV

Nouveau-né mort à la maternité de Dourdan: "Que ça ne reste pas impuni"

La famille du nouveau-né, mort à la maternité de Dourdan, a décidé de porter plainte.

La famille du nouveau-né, mort à la maternité de Dourdan, a décidé de porter plainte. - -

Après le décès d'un nouveau-né, la maternité de Dourdan (Essonne) sera fermée pour un mois à partir de ce lundi. La famille de cet enfant a décidé de porter plainte.

"Les conditions ne sont pas réunies pour assurer la qualité et la sécurité de la prise en charge des patientes et des nouveau-nés", d'après l'agence régionale de santé d'Ile de France.

L'activité de la maternité de Dourdan, dans l'Essonne, est suspendue à partir de ce lundi après la mort d'un nouveau-né, Yolan, en septembre dernier.

Ce décès est survenu 18 jours après l'accouchement, après une césarienne tardive. La jeune femme avait eu une grossesse sans problème mais au moment de l'accouchement, le bébé se présente par le siège. Elle réclame en vain une césarienne. Ferme dans son refus, le personnel hospitalier lui assure qu'elle sera suivie par une équipe de six personnes. Problème, une seule sage-femme est là pour s'occuper d'elle, alors que le rythme cardiaque de l'enfant montre une souffrance. "Ils étaient tous paniqués, ça criait de tous les côtés, apparemment pas grand monde était sur place pour pratiquer cette césarienne", témoigne Cindy Lebel, la mère de Yolan.

"On voyait que l'enfant n'était pas bien"

La jeune femme est finalement envoyée au bloc pour une césarienne mais le cordon ombilical sort en premier, étouffant l'enfant. Le nouveau-né est transféré dans un autre hôpital. Le personnel de la maternité se veut rassurant mais un médecin du SAMU prévient les parents que l'état du nourrisson est critique.

Alexandre Benseux, le père de l'enfant se souvient: "il faisait des convulsions du menton et avait un regard fixe, dans le vide. On voyait que l'enfant n'était pas bien".

Incapable de s'alimenter et de bouger, le petit garçon meurt 18 jours après sa naissance. Aujourd'hui, le couple veut aller de l'avant pour leur première fille, âgée de 3 ans. "On se bat pour notre fils, mais aussi pour elle. Pour pas que ça reste impuni, que ça ne recommence pas et que ça sauve, peut-être, d'autres vies de famille", explique Cindy Lebel.

Pour ces parents, la fermeture temporaire de la maternité de Dourdan est déjà un soulagement. Ils ont également prévu de porter plainte.

A.-L. Baulme avec J. Antoine et K. Laffin