BFMTV

Meurtrier présumé libéré faute d'encre dans un fax: que s'est-il passé?

Le fax du tribunal de Bobigny était défectueux, ce qui a amené à la libération du meurtrier présumé.

Le fax du tribunal de Bobigny était défectueux, ce qui a amené à la libération du meurtrier présumé. - -

Amadou F. était en détention provisoire depuis plus de trois ans quand il a brusquement été libéré à cause d'un fax défectueux. Les explications de Dominique Rizet, spécialiste police-justice pour BFMTV.

Une erreur de fax: c'est bien la cause de la libération d'un homme soupçonné de meurtre, mercredi, en Seine-Saint-Denis. Après 37 mois passés en détention provisoire, et alors que son procès aux assises se profilait dans le courant de l'année, Amadou F. est sorti à 17 heures de la maison d'arrêt de Villepinte, et pourrait définitivement disparaître des radars judiciaires pour une question de procédure.

Le DJ de 31 ans, tué la nuit de la Saint-Sylvestre 2010 lors d'une soirée privée au Blanc-Mesnil.
Le DJ de 31 ans, tué la nuit de la Saint-Sylvestre 2010 lors d'une soirée privée au Blanc-Mesnil. © -

Cet homme était en détention provisoire pour le meurtre d'un DJ de 31 ans, tué la nuit de la Saint-Sylvestre 2010 lors d'une soirée privée au Blanc-Mesnil. C'était au petit matin, vers 4 heures, le 1er janvier 2011. Un groupe de dix hommes, pas invités, avaient fait irruption et s'en étaient pris au DJ - le rouant de coups avant de le laisser pour mort. Quelques jours plus tard, Amadou F., le principal suspect du meurtre, s'était présenté de lui-même au commissariat et avait été écroué.

Une demande qui n'arrive jamais

Au bout de quelques mois de détention, "un juge d'instruction du tribunal de Bobigny lui a notifié son maintien en détention", explique Dominique Rizet, spécialiste police-justice pour BFMTV. Amadou F. a alors "fait appel de cette décision, en envoyant depuis la maison d'arrêt un fax au tribunal en demandant sa mise en liberté." Dans cette procédure, la chambre de l'instruction de la cour d'appel a 20 jours pour s'opposer à cette demande.

Problème: le fax du tribunal est défectueux, "réformé mais toujours là", et la demande n'arrive jamais. Le délai de 20 jours pour statuer n'ayant pas été respecté, la chambre de l'instruction a donc remis Amadou F. en liberté d'office, "sans aucun contrôle".

Aucun contrôle judiciaire

Amadou F. peut-il encore être jugé? "S'il est honnête, il se présentera de lui-même devant la cour d'assises", précise Dominique Rizet. Ce qui n'est pas à exclure: après tout, ne s'était-il pas présenté de lui-même au commissariat après le meurtre dont il était accusé?

Mais rien ne l'y oblige: aucun contrôle judiciaire ne pèse sur lui. Etranger, d'origine africaine, il pourrait librement quitter le territoire français puisqu'il n'a pas interdiction de quitter le territoire. Et si tel était le cas, "il n'y aura pas d'accord d'extradition", conclut Dominique Rizet.

"J'ai cru que c'était une blague"

Une situation qui laisse Fabienne Elisor, la veuve de la victime, dans le désarroi. "J'ai cru que c'était une blague", réagissait-elle jeudi soir sur le plateau de BFMTV. "J'essaie d'alerter pour qu'on m'écoute. Le procès c'est dans trois mois, et il n'y aura personne... C'est inadmissible."

Mais pour l'avocat d'Amadou F., Gille-Jean Portejoie, les juges ont simplement "appliqué la loi". Et pour lui, son client aurait été victime d'une injustice si "on avait jugé que le défaut d'encre dans un photocopieur constituait une circonstance exceptionnelle" afin de le maintenir en prison.

Mathilde Tournier