BFMTV

Marseille: vaste coup de filet antidrogue, une vingtaine d'interpellations

Des policiers dans les quartiers Nord de Marseille, le 26 avril 2015

Des policiers dans les quartiers Nord de Marseille, le 26 avril 2015 - Bertrans Langlois, AFP/Archives

Une vaste opération antidrogue menée lundi à Marseille dans la cité des Lauriers a conduit à l'arrestation de plus d'une vingtaine de personnes. Quelque 300 policiers dont ceux du Raid étaient mobilisés.

Le coup de filet avait été longuement préparé. Une vaste opération policière contre le trafic de drogue a permis l'interpellation lundi à Marseille de plus d'une vingtaine de personnes, a annoncé dans la soirée le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

Ces interpellations ont eu lieu dans la cité des Lauriers (13e arrondissement), "connue pour être un des principaux réseaux de trafic de stupéfiants des quartiers nord de Marseille", précise l'Intérieur. Près de 300 policiers, sous l'égide de la brigade des stupéfiants de la direction interrégionale de la PJ de Marseille, ont été mobilisés, notamment des autres brigades de la PJ, mais aussi du Raid ou des CRS.

Les personnes interpellées sont "susceptibles d'être impliquées à divers niveaux dans ce réseau très structuré" et des perquisitions se poursuivaient encore en fin de journée, précise le communiqué. Quelque 30 kilogrammes d'herbe et de résine de cannabis et plusieurs centaines de milliers d'euros ont été saisis par le forces de l'ordre.

Une "reprise de territoire"

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve salue la "pugnacité" des enquêteurs de la PJ marseillaise "qui travaillent depuis près d'un an sur ce dossier dans le cadre d'une commission rogatoire d'un juge d'instruction marseillais".

Pour le journaliste police-justice Jean-Michel Verne, il s'agit pour "l'Etat veut marquer son territoire et dire 'ce territoire je le repends'". Ce coup de filet serait "un peu une réponse à ce qui s'est passé le 9 février dernier à la Castellane alors que Manuel Valls est en visite à Marseille, des policiers sont pris à partie par des bandes armées de kalachnikov.

D. N. avec AFP et I. Sahiri, A. Sarrailh, A. Heulard