BFMTV

Marseille: les familles des jeunes filles assassinées à la gare Saint-Charles se retournent contre l'Etat

Il y a un an, Mauranne et Laura, deux cousines, étaient tuées par leur assaillant sur le parvis de la gare Saint-Charles à Marseille. Alors qu'une cérémonie leur rendant hommage s'est tenue vendredi dans les Bouches-du-Rhône, la famille de l'une des victimes a évoqué les raisons pour lesquelles elle déposait un recours contre l'Etat.

Il y a un an environ, le 1er octobre 2017, Mauranne, 20 ans, et Laura, 21 ans, étaient tuées lors d'une attaque terroriste au couteau sur le parvis de la gare Saint-Charles à Marseille. Pointant la responsabilité de l'Etat dans le déroulement des faits, leurs familles ont déposé un recours pour faute contre celui-ci le 28 septembre dernier devant le tribunal administratif de Lyon. Et ce vendredi, une cérémonie en hommage aux défuntes se tenait à Eguilles, près d'Aix-en-Provence dans les Bouches-du-Rhône. 

"On veut que chacun vive pleinement chaque instant en l’honneur de Laura et de Mauranne. C’est le message qui doit être tenu aujourd’hui, un message d’amour et de vie", a alors prononcé Dominique Haurel, le père de Mauranne. devant nos caméras, il a expliqué:

"On veut que chacun vive pleinement chaque instant en l’honneur de Laura et de Mauranne. C’est le message qui doit être tenu aujourd’hui, un message d’amour et de vie."

"Pour que les choses changent"

"Le meurtrier de notre fille et de sa cousine n’aurait pas dû se retrouver à la gare Saint-Charles ce jour-là, il aurait dû être en rétention. Aujourd’hui, on attaque pour que les choses changent. Et que ça n’arrive pas à d’autres familles", a ajouté son épouse, Sylvie Haurel. 

Le 29 septembre, Ahmed Hanachi était interpellé à Lyon pour vol à l'étalage. Malgré sa situation irrégulière sur le territoire, il n'a pas été placé dans un centre de rétention administratif à la suite d'un dysfonctionnement. Après avoir été relâché, il faisait le trajet jusqu'à Marseille puis assassinait les deux jeunes filles lors d'une attaque au couteau revendiquée ensuite par Daesh. Les militaires de l'opération Sentinelle l'avait ensuite abattu. 

Un parc à Eguilles portera dorénavant le nom de Mauranne et une stèle célébrant les deux cousines a été inaugurée. 

Robin Verner