BFMTV

Lycéen poignardé: un mineur en garde à vue, plusieurs "décentes punitives" dans d'autres lycées

Quelques heures après l'agression mortelle d'un lycéen dans le 20e arrondissement de Paris, une vingtaine de jeunes ont tenté de pénétrer dans un lycée voisin, blessant légèrement deux personnes. Si les enquêteurs n'ont pas fait de lien entre les événements, le contexte de règlements de compte entre bandes inquiète.

Journée de violence dans plusieurs lycées parisiens lundi. Il est 12h30, à proximité du lycée professionnel Charles-de-Gaulle, dans le 20e arrondissement, lorsqu'un adolescent de 17 ans est poignardé mortellement. Le ou les suspects prennent la fuite, le jeune homme blessé et laissé sur place meurt quelques instants plus tard, malgré l'arrivée des secours.

"Il s'agirait d'un règlement de comptes entre bandes rivales de quartiers parisiens, à savoir du 12e et du 20e", explique Loïc Dessertenne, délégué du syndicat de police Alliance.

D'après les premiers éléments de l'enquête, les agresseurs seraient venus du 12e arrondissement et n'étaient pas scolarisés au lycée Charles-de-Gaulle. Quelques heures plus tard, un autre incident survient dans un lycée voisin. Une vingtaine de jeunes tentent alors de pénétrer dans les locaux du lycée Maurice Ravel, également situé dans le 20e arrondissement. Ils sont finalement repoussés par le personnel enseignant, mais deux personnes sont légèrement blessées.

"Il y a des individus, une vingtaines de personnes qui se sont infiltrées à l'intérieur de l'établissement et qui ont agressé la proviseure et les CPE", rapporte un élève sur BFMTV.

Des expéditions punitives?

D'après Le Parisien, un autre lycée situé dans le 12e arrondissement aurait également été "visité". Là encore, une vingtaine de jeunes seraient impliqués. Cette fois, c'est un lycéen de 15 ans qui est agressé. Ce dernier aurait indiqué aux enquêteurs que ses agresseurs, venus du 20e arrondissement, étaient à la recherche d'un jeune du 12e ayant un lien direct avec l'homicide du matin.

Ces autres agressions pourraient-elles être des expéditions punitives? Pour l'heure, les enquêteurs n'ont pas établi de lien entre les différents incidents, mais cette multiplication des violences dans le cadre scolaire inquiète.

"Un élève qui est assassiné, ça peut arriver partout, y compris dans les établissements favorisés (...). Le vrai problème, qui est aujourd'hui à nouveau posé et les autorités ne veulent pas trop l'entendre, c'est que les établissements ne disposent d'aucun personnel de sécurité", estime sur BFMTV Philippe Tournier, président du Syndicat des personnels de direction.

L'enquête a été confiée au 2e district de police judiciaire. Un jeune de 17 ans "impliqué" dans l'agression mortelle s'est présenté à la police lundi soir et a été placé en garde à vue. Un second s'est présenté aux enquêteurs. Une cellule d'aide psychologique a par ailleurs été mise en place au lycée Charles-de-Gaulle après la mort du lycéen, à laquelle ont assisté des élèves.

C. B avec Anne-Sophie Warmon, Thibaud Cheminant