BFMTV

Limitation des déplacements à 100 km: les autorités dans le brouillard pour faire respecter la mesure

-

- - -

Ce vendredi marque le cinquième jour du déconfinement. Celui-ci s'accompagne cependant d'une contrainte géographique: les déplacements sont limités à 100 km à vol d'oiseau du domicile principal. Vérifier la distance et faire appliquer cette restriction constituent toutefois une gageure pour les forces de l'ordre.

A l'heure où la France se déconfine, une contrainte continue à restreindre les déplacements des Français au cinquième jour, ce vendredi, de cette sortie de quarantaine: ceux-ci ne peuvent s'éloigner de leur lieu de résidence principal que de 100 kilomètres, "à vol d'oiseau", précise la mesure, sur la base d'une suggestion de Jean Castex, coordinateur des stratégies de déconfinement pour l'exécutif. Seulement, le cadre du dispositif reste bien nébuleux, au moins autant que les dérogations permettant d'y échapper. 

Ni guidés, ni équipés

Car deux clauses viennent assouplir les rigueurs de la loi, et percent le plafond des 100 km "à vol d'oiseau": il est possible d'excéder cette distance pour des "déplacements professionnels ne pouvant être différés" ou en raison d'un "motif familial impérieux". Le premier volet laisse libre la définition de ces tâches ou rendez-vous ne pouvant être reportés. Quant au caractère impérieux du motif familial, il semble regrouper bien des trajets, dans la mesure où les parlementaires n'en ont pas encore affiné le contenu et que le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a lui-même reconnu que la liste des raisons recevables n'était "pas fermée". 

Dans ces conditions, il paraît bien difficile aux gendarmes et aux policiers de s'y retrouver au moment de viser justificatifs et attestations. De surcroît, ils ne sont pas équipés en conséquence, selon Stanislas Gaudon, secrétaire administratif général adjoint du syndicat policier Alliance: "Ils n’ont pas d’outil numérique car je rappelle que le téléphone personnel n’a pas à être utilisé par les personnels de police sur la voie publique", a-t-il expliqué sur BFMTV. "Il est impossible de calculer quand on est dans des distances approximatives, des distances comprises entre 90 et 110 km je dirais, de la résidence principale", a-t-il ajouté.

Le flou de la notion de "vol d'oiseau"

L'idée de "vol d'oiseau" s'opposant au kilométrage effectivement parcouru, les agents craignent en plus de se heurter de plein fouet à des contrastes ubuesques. "Faudra-t-il verbaliser une personne surprise à 107 kilomètres de sa résidence alors qu’on en laissera circuler une autre qui a fait 150 kilomètres en montagne?", s'est ainsi interrogé un membre des forces de l'ordre auprès du Figaro

Certains Français pourraient aussi être tentés d'employer leur ingéniosité à des fins frauduleuses. Comme l'a rappelé BFMTV dans le sujet ci-dessous, il est en effet possible matériellement à un usager disposant d'une résidence secondaire distante de 200 kilomètres de son logement habituel de se munir d'un justificatif de domicile pour chacun d'entre eux, et d'exhiber l'un ou l'autre en cas de contrôle, suivant la portion de la route où il survient. 

Pédagogie

Il est par ailleurs nécessaire de rappeler que si l'on demeure à l'intérieur d'un même département, il est également possible de déborder la limite de 100 kilomètres. 

Devant cette complexité et ces multiples lacunes, le ministère de l'Intérieur a souligné auprès de France Info ce vendredi que cette semaine correspondait encore à une phase de pédagogie. Il faudra toutefois remettre d'équerre les lignes de fuite du dispositif en place pour qu'il en aille différemment de la prochaine. 

Robin Verner