BFMTV

Licenciée pour défaut de sourire, elle obtient gain de cause

BFMTV

Après huit ans de marathon judiciaire, une femme maître d'hôtel a récemment obtenu gain de cause contre son employeur qui l'avait licenciée pour son manque d'amabilité envers les clients, selon un jugement consulté jeudi par l'AFP.

Le 26 juillet, les prud'hommes de Cannes ont estimé que le licenciement était "dépourvu de cause réelle et sérieuse" et ont condamné le Sofitel Méditerranée à verser quelque 115.000 euros d'indemnités à son ancienne employée.

Nadine Freville entre au Sofitel Méditerranée en 2000 en qualité de maître d'hôtel. Un an plus tard, elle est élue au comité d'entreprise, puis désignée en 2003 déléguée CGT.

Elle a alors plusieurs fois maille à partir avec son employeur, au point de déposer plainte contre lui en avril 2004 pour harcèlement moral et discrimination syndicale.

Un mois plus tard, elle est licenciée. Elle aurait formulé des insinuations diffamatoires à l'encontre du directeur, harcelé moralement un apprenti et adopté une attitude désobligeante vis-à-vis de la clientèle.

Huit ans de procédure vont suivre au termes desquelles elle est finalement blanchie. Les prud'hommes ont en effet considéré qu'elle avait été victime de harcèlement moral et que son licenciement était "sans cause réelle et sérieuse". L'hôtel n'a pas fait appel.