BFMTV
Police-Justice

Les parents de Nathan, mort après avoir mangé une pizza Buitoni, saluent l'ouverture d'une information judiciaire

Les parents du petit garçon de 8 ans, mort en février dernier, se disent "satisfaits" après l'ouverture d'une information judiciaire par le parquet de Paris. Ils dénoncent néanmoins le délai qui s'est écoulé depuis les premiers cas d'intoxication.

C'était un rituel pour cette famille: tous les vendredis, enfants et parents avaient l'habitude de se retrouver autour d'une pizza. "Buitoni, groupe Nestlé... Vous ne vous méfiez pas", raconte le père du petit Nathan, mort le 18 février, après avoir mangé une pizza de la marque. "Difficile à encaisser", commente Yoann Aïech, son père.

Alors qu'une information judiciaire a été ouverte ce jeudi par le parquet de Paris après de nombreux cas d'intoxications liés à la consommation de pizzas de la marque Buitoni, lui et son ex-femme se disent "satisfaits", interrogés sur BFMTV.

"Mais il y a eu un certain laxisme de la justice, il a fallu qu'on témoigne pour que ça arrive", estime le père de Nathan. "Je suis content pour toutes les familles mais c'est malheureusement trop tard, depuis toutes les interpellations qui ont été faites sur l'insalubrité de cette usine", déplore-t-il.

"On a décidé de ne pas être égoïstes"

"Je pensais qu'il avait une gastro, après j'ai pensé qu'il avait l'appendicite. C'est quand on m'a dit que les reins avaient cessé de fonctionner que j'ai compris que c'était une maladie plus grave, mais je pensais qu'il allait s'en sortir", raconte Sandrine, la maman de Nathan.

Lorsque le personnel de l'hôpital explique aux parents du petit garçon que le cerveau et les reins de leur fils ont cessé de fonctionner et qu'il va devoir être amputé des jambes, ils prennent la décision d'arrêter les soins pour le "laisser partir". "On a décidé de ne pas être égoïstes", détaillent-ils sur BFMTV ce jeudi.

Colère et frustration

Le 6 avril dernier, Yoann et Sandrine apprennent qu'un lien a bien été établi entre la pizza Buitoni et la maladie de leur fils.

"De la colère, de la frustration. J'ai eu la sensation d'avoir assassiné mon fils puisque j'achetais ces pizzas d'une marque connue, en toute confiance", confie le père.

Neuf jours plus tard, les parents portent plainte contre la marque. Ils saluent ce jeudi le travail de leur avocat, Me Pierre Debuisson. "On lui doit beaucoup dans la médiatisation de cette affaire. Sans lui, aujourd'hui, on se retrouvait seul contre un grand groupe, on n'aurait pas su quoi faire", précise Yoann Aïech sur notre antenne.

"On espère que ça rende justice à notre petit garçon", conclut Sandrine Plewinski.

Elisa Fernandez