BFMTV

Les Fillon "heureux d'avoir pu défendre leur honneur", selon l'avocat du candidat

Antonin Lévy, l'avocat de François Fillon

Antonin Lévy, l'avocat de François Fillon - BFMTV

Les époux Fillon étaient entendus ce lundi à Versailles pour des soupçons d'emplois fictifs concernant l'épouse du candidat LR. D'après l'avocat de François Fillon, ils étaient "heureux" de pouvoir "défendre leur honneur".

Le couple Fillon a été entendu, pendant près de cinq heures ce lundi, dans le cadre des soupçons d'emplois fictifs concernant Penelope Fillon. Antonin Lévy, l'avocat de François Fillon précise sur notre antenne qu'ils ont été interrogés sur "le travail de collaboratrice parlementaire de Penelope Fillon et son travail à La Revue des deux mondes". 

François et Penelope Fillon sont "heureux d'avoir présenté toutes les explications utiles" aux enquêteurs et "d'avoir pu défendre leur honneur", poursuit l'avocat.

Le travail de collaborateur parlementaire, parfois "moins tangible"

Concernant l'emploi, soupçonné d'être fictif, de collaboratrice parlementaire de l'épouse du candidat LR à la présidentielle, l'avocat explique que "c'est parfois quelque chose de moins tangible, moins réel". Et de revenir sur ce poste qui consiste, selon lui, à "assister son député, préparer avec lui ses discours, lui faire remonter la voix du terrain, le courrier qui arrive aux différentes adresses, faire passer aux députés les messages". Antonin Lévy poursuit sur la présence de Penelope Fillon auprès des Sarthois:

"Dans la Sarthe les gens disaient qu'ils voyaient Penelope Fillon avec lui, personne ne peut prétendre qu'elle n'était pas dans la Sarthe, qu'elle ne l'accompagnait pas dans les manifestations (...). La seule question c'est que les gens ne savaient pas quel était son statut administratif".

D'autres documents présentés 

Pour l'avocat, il faut que "la justice reconnaisse que ce dossier est vide". François et Penelope Fillon vont présenter, dans les jours qui viennent, d'autres éléments aux enquêteurs.

D'après des révélations du Canard enchaîné, Penelope Fillon aurait perçu un demi-million d'euros en huit ans comme attachée parlementaire de son mari puis de son suppléant. Elle est aussi soupçonné d'avoir touché 5.000 brut de La Revue des deux mondes pour des critiques littéraires, pendant 20 mois. Mais l'ancien directeur assure qu'elle n'a écrit que "deux ou trois" notes de lecture pendant toute la période. 

M.L.